RSS




huái jiù (+eva)

" Ixcatzin "
avatar
Who am i !

Message Ven 14 Avr - 22:23
it's dangerous to go alone, girl

ft.

Le Japon, Yunji n’y venait jamais par hasard. Même si les flammes ne cessaient de s’affaiblir, les vieilles rancoeurs semblaient toujours brûler vivement au sein de l’ancien chef de guerre. Il ne savait point donner de raison, mais elles lui avaient collé à la peau et il lui semblait qu’il devrait s’écorcher vif s’il voulait s’en débarrasser. Cela n’était pas dans ses plans, il n’avait même jamais pensé s’en débarrasser. Il préférait attendre. Il avait beaucoup oublié, il lui semblait que rien en lui n’était complet, qu’un millier ou un milliard de morceaux de lui-même s’étaient perdus dans les années, dans le vide, dans l’autre monde. Les rancoeurs ne seront elles non plus sûrement pas infaillibles. Elles finiront bien un jour par si dissiper, lentement, si lentement qu’il aura le temps de s’habituer à leur manque, pour qu’elles rejoignent au final l’amas de sensations sourdes au fond de sa tête ; cet amas où réside tout ce qu’il a oublié.

Ce jour là pourtant, il avait dérogé à la règle. Il ne semblait pas avoir de réelle raison de se trouver sur l’archipel. Il avait juste eu le sentiment que Tokyo serait accueillante, pour une fois. Il avait voulu y aller. Peut-être était-ce déjà le début de la fin des rancoeurs. Il s’agissait bien probablement de la première fois qu’il avait mis un pied dans la capitale de son plein grès, et qu’il avait essayé de s’y plaire.

Cela va sans dire, sa tentative d’apprécier les lieux avait échoué. Il avait fallu très peu de temps à Yunji pour que tout, chaque petite chose, l’énerve. Mais pourtant, il y était resté. Il avait trouvé un coin sympa, un coin qu’il était capable d’admirer plus que de s’y sentir bien, mais il s’agissait là déjà d’un début. Un très joli parc que cet endroit qu’il avait déniché. Il lui semblait en avoir déjà entendu parler, car rien autour de lui ne lui paraissait totalement inconnu. Ou bien peut-être avait-il vu des cartes postales à l’effigie de cet endroit un peu plus tôt, cela n’était pas une possibilité à exclure.

Yunji s’y était baladé, dans ce parc. Il s’y était peut-être un peu perdu, il lui semblait qu’un grand nombre d’activités étaient offertes aux vivants. Ces gens là, ils ont eu cette chance de naître à la bone époque, pensait le traqueur à chaque fois qu’il se rendait compte de l’évolution qu’avait subit les monde au cours de toutes les longues années où il ne vivait qu’en arrière plan.

Puis, après quelques longues déambulations, il remarqua une petite fille. A bien y regarder, elle semblait être seule. Bien que ce n’était pas ses parents que Yunji cherchait du regard ; mais des collègues à lui ou quelques autres proies qui se tiendraient à proximité. L’instinct frappa. Au final, il n’était pas venu au Japon par hasard, n’est-ce pas ? Son instinct l’y avait guidé, parce qu’il savait le petit butin qui l’attendait contre l’échange d’un effort moindre, n’est-ce pas ? Il aimait penser cela, penser qu’il y avait toujours une raison derrière chaque petit événement de la vie, surtout s’il s’agissait d’une raison qui le mettait en valeur.

« Tu es perdue ? » Il s’était approché de cette enfant, tout en gardant une certaine distance, juste au cas où. Puis il s’était mis à sa hauteur, pliant son corps pour paraître moins imposant, il savait par expérience que s’attaquer de front à une âme d’enfant signifiait souvent se compliquer énormément la tâche. Parce que les gamins, ça court vite et ça passe partout.

Notre traqueur, à ce moment-là et comme très souvent, n’avait point envie de courir. Il avait envie de la proie lui toute cuite dans le bec, comme d’habitude. Et il n’aurait jamais, tant qu’il n’avait pas perdu goût au boulot de traqueur, fait l’affront de passer à côté d’une si belle occasion.

Revenir en haut Aller en bas

huái jiù (+eva)

avatar
Ame
Who am i !

Message Mer 19 Avr - 16:04
▬ HUAI JIU
Eva Rosenwald
Yunji Wu


Si elle est perdue ? Un peu, à vrai dire, tu ne sais pas trop où tu en es. Après tant d'années, il est normal de s'être perdu. Surtout lorsqu'on est une enfant seule de 9 ans, laissée seule face au vaste monde qu'est la Terre. Tu lèves tes grands yeux vers l'homme qui vient de te parler. Tu aimes bien ses vêtements, ça ressemble à un style traditionnel chinois. Il a l'air assez vieux. Mais assez sympathique.
Tu frottes tes yeux d'une main lourde. Assise à l'ombre de l'arbre, tu recharges ton énergie de petite âme. C'est une vieille âme qui t'avait montré comment faire, car tu étais assez perdu dans les premiers jours de ta mort. Tu étouffes un baillement, puis te redresse un peu. Il semble vraiment te regarder, est-ce un Humain D ? Encore ensommeillée, tu marmonnes dans ta barbe :

▬ Bonjour monsieur... vous pouvez me voir ?

Cela devenait une question répétitive, si banale et si habituelle. Tout se répétait, une rencontre, après plusieurs mois seule, une phrase et puis cette question, si redondante. "Est-ce que vous me voyez" c'était devenu le "bonjour" des Âmes, l'accroche pour commencer la discussion. A chaque fois que tu venais ici, dans ce parc, tu avais eu le droit à ce genre de feinte. Une femme, un homme ou un enfant, qui semble t'interpeller, courir vers toi et puis, au dernier moment, te passe à travers, pour discuter avec la personne derrière toi. Souvent. Tu ne sais pas pourquoi tu reviens toujours ici. Ce parc est assez rassurant. Il est animé. Et même si personne ne te voit, l'ambiance agit un peu sur ta tristesse, te rendant plus joyeuse que si tu étais seule. Il t'arrivait parfois de faire semblant de jouer avec les enfants, de t'inventer des histoire,s courant à travers la pelouse comme si tu étais poursuivie. Mais au final, rien ne durait réellement. Tu penches la tête, observant l'homme qui est accroupi face à toi.

▬ C'est drôle, c'est vous qui semblez perdu. Vous n'êtes pas d'ici ? (Tu croises les jambes, posant tes mains sur tes chevilles.Je ne suis pas perdue moi. Je me repose. Même si personne ne me voit, c'est agréable d'être ici.

Tu t'adosses au tronc derrière toi. Tu ne sais pas vraiment quoi lui dire... Après tout, il t'a simplement demandé si tu étais perdue. Vaste question. Tu t'étais perdue ici, il y a longtemps. Le Japon était rapidement devenu ton deuxième pays, un pays d'adoption. Tu adores sa culture, ses habitants, sa nourriture et son paysage. Tu adores voir l'engouement des Japonais pour les animés, les statuettes de collection, les jouets rigolos, même si certains sont étranges et pour adultes. Tu aurais aimé vivre ici en tant qu'enfant, ou même simplement amener ta famille, le temps que quelques vacances.

Tu te mets à tripoter tes cheveux, à passer tes mains dedans pour les démêler. Tu fixes toujours l'étrange monsieur et étrange habit.

▬ Quels sont vos étranges vêtements monsieur ? Est-ce que ça s'achète ici ? J'en veux un aussi, ça fait 5 ans que je porte les mêmes habits, je ne trouve rien qui me plaise.

Ta mine déconfite est drôle. Tu parles de tout ça comme si c'était normal. Tu ne sembles pas intriguée par cet homme, ni même intimidée. Parfois, tu en viens à penser que tu reverrais bien papa et maman, et moi. Et puis tu te dis que tu vis pour eux, et qu'en attendant de les voir, tu allais tout visiter, pour pouvoir tout leur raconter.


© ASHLING POUR EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Melancholy of Souls :: Tic Tac, l'Heure sonne... :: Cimetière :: RPs abandonnés-