Le souvenir, c'est la présence invisible. [ft Nash♥]

Invité
Message Sam 29 Avr - 17:28







“Le souvenir, c'est la présence invisible.”
Victor Hugo
Je n'avais jamais réussi à me sentir vraiment vivante avant de voler la vie de Yun. Je m'étais toujours contenté d'observer le Monde, en simple spectatrice. Je n'avais jamais rien pu faire contre la cruauté humaine, et d'ailleurs, je n'avais rien pu faire pour sauver cette pauvre lycéenne. Et je m'en voulais terriblement pour cela. J'aurais aimé pouvoir la sauver, sincèrement. Mais, je n'avais pu qu'assister, impuissante, à sa mort. Comme à chaque fois, mes pouvoirs ne pouvaient rien faire pour sauver un être-humain, les libérer de tous ses sentiments néfastes. Il m'était souvent arrivé de maudire mon statut de divinité et toutes ses responsabilités. J'aurais préféré vivre simplement, comme une simple humaine, loin de toutes ses obligations, qui au fil du temps avait fini par me peser, et me corrompre un peu moi aussi. Je n'avais beau ne pas détester complètement ma vie passée, je préférais largement celle que j'avais la chance de vivre aujourd'hui. N'importe qui pourrait caractériser mon acte d’égoïste, et c'était vrai. Dans le fond, je n'avais pensé qu'à moi. Mon amour pour ce Monde et ses habitants m'avaient poussé à abandonner mes responsabilités, à voler une vie qui ne m'appartenait pas.

Mais, je l'avais aussi fait pour Yun.

Parce que sa vie s'était arrêtée brusquement, bien trop rapidement aussi. Elle n'avait que quinze ans à cette époque, qui pouvait souhaiter la mort d'une gamine de quinze ans ?

Probablement pas moi.

J'avais mis énormément de temps à me faire à la vie en Corée. Là-bas, tout était si différent à côté de tout ce que j'avais pu découvrir dans d'autres pays. Le rythme de travail était si soutenu, et les étudiants subissaient tant de pression de la part de leurs géniteurs, comme si la seule chose qui les importaient était la réussite scolaire de leurs enfants. Toutefois, tout cela n'était que routine pour moi désormais ; je m'étais accommodée à la dure vie de Yun, dont nous parlerons probablement une autre fois.

J'avais toujours aimé le Japon et j'avais enfin eu la chance d'y retourner grâce à un échange scolaire. Depuis que j'incarnais Yun, je n'avais malheureusement plus la chance de pouvoir voyager librement, pour mon plus grand désarroi.

Mes pas m'avaient guidée machinalement vers un petit café, que la défunte lycéenne avait sûrement du visiter par le passé. Je reconnais aussi une odeur, celle du café vanille qu'elle aimait tant. Comme pour lui rendre hommage, je m'assoie à l'une des tables, puis commande ladite boisson. Je gratifie le serveur d'un sourire lorsqu'il m'apporte enfin le breuvage. Le contact du froid sur mes lèvres m'arrache un frisson. Je n'ai jamais aimé le café, bien que celui-ci soit doux et sucré, il m'est pénible de m'avaler.

Mais je le fais.
Pour Yun.
Parce qu'au fond, je suis envahie par un sentiment de culpabilité.
Qui me tiraille chaque jour un peu plus.

Je sens un regard sur moi depuis plusieurs minutes. Un jeune homme ne me lâche pas du regard. Je crois qu'il connaissait ma prédécessrice.

Et soudainement je me souviens, de son nom, et des moments qu'ils ont partagés ensemble. J'ai envie d'en savoir plus. Alors je viens m’asseoir en face de lui, tout en lui souriant.

▬ Nashoba, ça fait longtemps.

Je plante mes iris dans les siennes, cherchant à l'identifier, à visualiser quel genre de personne pouvait-il bien être. Mes souvenirs étaient flous le concernant. Il n'a pas l'air bien méchant, du moins au premier abord. Son physique n'est pas déplaisant d'ailleurs, Yin n'avait pas mauvais goût. Je continue de lui sourire, tout en jouant avec l'une de mes mèches de cheveux.

▬ C'est moi Yun, Yun Hyun-Ae, tu te souviens ?

(c) Euphemia
Revenir en haut Aller en bas
Message Lun 1 Mai - 13:42

▬ Le souvenir, c'est la présence invisible    



Nashoba S. Darragh
Epuhemia

▬ The memories will show me who you really are.

En tant que Barman, je peux travailler où je le souhaite. Avec mes capacités et mon talent, je suis presque devenu célèbre pour cela. Le mois dernier, j'ai décidé de m'implanter au Japon, le temps de visiter le pays, et de m'y lasser. Voici un bon moyen de voyager, s’imprégner du monde, et de découvrir de nouvelles choses.

J'ai souvent entendu parler d'Hokkaido, alors je m'y suis rendu, pour voir le lieu de mes propres yeux. La ville de Noboribetsu a attiré mon attention, particulièrement un petit café du centre ville. Pourquoi, je ne sais pas réellement, après l'activité et la population de New York, je voulais sans doute du calme. Le fait étant qu'en ce début de semaine, me décidant enfin à travailler, j'ai postulé dans ce café, et me suis fait embauché. Rien à voir avec le métier de barman, mais celui de serveur est assez proche tout de même.

Ce matin comme tous les matins depuis lundi, je me prépare pour le boulot, enfilant un jean, un pull léger et mon manteau long. Le déjeuner est rapide, comme toujours. Je sors dans la rue déserte, la plupart des habitants dormant encore, pressant le pas pour arriver à l'heure. Je ne suis plus du tout habitué à me lever aussi tôt, moi qui travaille habituellement de nuit. Je regarde ma montre. Je suis dans les temps, mais j'accélère un peu encore.

Frigorifié, j'arrive à la boutique et me dépêche d'enfiler l'uniforme du café, saluant mes récents collègues. La journée se passe sans la moindre nouveauté, aussi ennuyante qu'un jour de semaine. Sourire, écouter, servir, faire payer. Le patron finit par me donner ma pause vers onze heures, et je décide avant de partir de me poser dans le café pour boire une boisson chaude, avant d'attaquer une nouvelle fois le froid de dehors.

Touillant mon café noir d'une main distraite, je fixe le liquide sombre d'un regard vague. Je pense à tout et à rien. J'ajoute un sucre, mange le biscuit sur le côté, avant de me balancer sur ma chaise, regardant attentivement chaque client. J'aime repérer la nature des gens juste avec leur physique. Il dit beaucoup de choses. Un courant d'air froid suivit du tintement de la cloche attire mon attention sur la porte d'entrée. Une jeune cliente aux cheveux rouges, au style assez simple, vient de pénétrer dans le café, s'installant non loin de moi. Je l'observe attentivement. c'est étrange comme son visage me dit quelque chose. J'ai déjà vu ses cheveux longs de flamme, ce visage doux et apaisant, et cet arôme de vanille me rend nostalgique. Où ais-je déjà rencontré cette fille ?

Je semble être bien peu discret, car la jeune fille finit par se lever de son siège, et venir me parler d'un air gai. Une voix douce, calme, posée. Oui, ce brin de voix ne m'est pas inconnu. Me redressant sur ma chaise, j'écoute sa présentation. Yun Hyun-Ae. Oui, je me rappelle maintenant. Cette jeune fille était une amie d'une connaissance, que j'avais rencontré une fois, elle avait 14 ou 15 ans je crois. On avait planifié une rencontre car on ne se connaissait que via internet, et Yun avait été amené par celui-ci. J'avais par la suite gardé contact avec elle, discutant plutôt régulièrement via sms ou chat. Puis un jour, elle avait tout simplement cessé de me parler, pour une raison inconnue. Et la voilà qui resurgissait, après plusieurs mois sans nouvelle.

▬ Salut Yun, ça fait longtemps, souris-je calmement. Que t'est-il arrivé pour que tu ne réapparaisses que maintenant ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Message Mer 24 Mai - 22:35







“Le souvenir, c'est la présence invisible.”
Victor Hugo

J'avais souvent entendu parler de Noboribetsu pour ses sources thermales, et cela m'avait donné envie de visiter cette ville japonaise. Par chance, j'avais pu m'y rendre grâce à ce voyage scolaire. J'avais planifier de visiter le centre-ville avant de me rendre aux sources. Toutefois, l'odeur du café à la vanille m'avait attiré ici. En tant que divinité du souvenir, je me devais de rendre hommage à Yun aussi souvent que possible. Autant pour excuser mon geste que pour la remercier de cette nouvelle vie qu'elle m'avait offerte, même si je ne pouvais me réjouir de sa mort. J'avais toujours rêvé de vivre comme une simple humaine, de parcourir et découvrir le Monde. Et enfin j'avais vu mon rêve se réalisait. Je ne comptais pas fuir mes responsabilités de Chie, mais je comptais bien m'en passer si personne n'avait besoin de mon aide. De toute façon les humains ne nous vénéraient plus autant qu'avant.

Alors que je touillais mon café d'un air ennuyé, mon regard croisa soudainement une silhouette familière. Yun, avait déjà rencontré ce garçon par le passé. Cependant, sur le moment, aucun souvenir ne décide de refaire surface. Je l'observe attentivement tout en avalant une gorgée du liquide sombre. Et doucement, des brides de souvenirs refont surface. Les deux adolescents s'étaient rencontrés grâce à une connaissance en commun... Et Yun était tout de suite tombée sous son charme, ils avaient gardé le contact grâce à Internet. Mais le pauvre garçon n'avait probablement plus de nouvelles depuis un bon bout de temps. Il devait probablement être très inquiet. C'est donc avec un grand sourire que je m'installas en face de lui, me présentant comme Yun Hyun-Ae, la fille avec qui il avait perdu contact depuis un bon bout de temps. Visiblement Nashoba ne semblait pas avoir oublié la petite coréenne. Heureusement, je n'aurais pas à me servir de mes pouvoirs. L'idée que Yun soit oubliée me déplaisant grandement.


▬ Je suis contente que tu te souviennes de moi Nashoba ! C'est vrai que l'on a pas eu l’occasion de discuter beaucoup ses derniers temps. Je suis désolée, j'ai eu des problèmes avec mon père. Et toi, qu'est-ce que tu deviens ?

Je ne lui mentais pas entièrement. Le père de Yun avait toujours été... particulier. La réussite scolaire de sa fille l'intéressait bien plus que sa santé. Enfin, la plupart des parents coréens étaient ainsi. Je me voyais mal lui dire que Yun avait été assassinée, et qu'enviant depuis longtemps les humains, j'avais pris sa place. Il me prendrait sûrement pour un monstre qui avait profité de la situation afin de satisfaire ses désirs personnels.

Et ce n'était pas totalement faux.

Toutefois, je refusais lui annoncer une telle chose. Je n'avais aimé voir quelqu'un se morfondre. Et puis, c'était moi Yun désormais. Il me suffisait de jouer mon rôle jusqu'au bout, comme je me l'étais promis. J'adressai un petit sourire à mon voisin, tout en avalant une autre gorgée de café :

▬ Le hasard fait bien les choses, pour que l'on se retrouve comme ça, après plusieurs mois de silence. On pourrait en profiter, rattraper ce temps. Qu'est ce que tu en penses ?

Je continue de lui sourire, tout en jouant avec la cuillère de ma tasse :

▬ Il paraît que les sources chaudes sont géniales ! Je comptais y aller, tu m'accompagnes ?


(c) Euphemia
Revenir en haut Aller en bas
Message Dim 28 Mai - 12:09

▬ Le souvenir, c'est la présence invisible    



Nashoba S. Darragh
Epuhemia

▬ The memories will show me who you really are.


Je tourne ma cuillère dans ma tasse de café, l'écoutant parler. Elle semblait s'être calmée, par rapport à la dernière fois que l'on s'était vu. Yun était pourtant une fille pleine de vie et très excitée par tout, je n'imaginais pas un instant qu'elle soit devenue si calme et posée. Peut-être s'était-il passé un événement important dans sa vie ? Je ne sais pas si c'est une bonne chose, mais si elle était elle-même, il n'y avait pas d'inquiétude à avoir.

▬ Des problèmes avec ton père ? Tu ne m'en avais jamais parlé, ça ne va pas ?

Je hausse les épaules, me balançant de nouveau sur ma chaise. Je mâchonne le biscuit fourni avec le café.

▬ Bof rien de bien excitant, j'ai quitté mon job de barman à New York pour venir m'installer un moment au Japon. Je travaille dans ce café depuis une semaine. J'aime beaucoup ce pays, je profite du changement de paysages.

J'avais besoin de ce changement d'air. Mais effectivement, c'est un gros hasard de retrouver la coréenne ici, elle qui avait totalement disparu des radars il y a plusieurs mois. Et vu la superbe jeune fille qu'elle est devenue, je n'ai bien sûr aucune raison de refuser de passer du temps avec elle. Je pourrai même apprendre pourquoi son tempérament est devenu aussi calme.

▬ Avec plaisir. Vu le temps où tu as disparue,
tu dois avoir beaucoup de choses à me raconter.


Je lui souris calmement, ne laissant pas paraître mon inquiétude suite à une idée qui avait germée dans mon esprit. Et si elle était impliquée dans une histoire de drogue, d'argent ou de prostitution ? Si elle trempait dans un deal louche ? Yun semble calme et souriante, mais c'est souvent ainsi que l'on cache un gros problème. Et puis, disparaître ainsi accentuait mes doutes, je ne voyais peu d'autres raisons d'un tel effacement. Mais je me fais sûrement des idées. Yun est comme une petite soeur, elle est adorable, et saurait probablement éviter des situations dangereuses comme ça.

La jeune fille qui ne semble pas se rendre compte de mes tourments, me propose soudainement de se rendre aux sources chaudes de la ville. C'est une très bonne idée, je me lève soudainement, visiblement content de sa proposition.

▬  Ce sont des bains mixtes ? Je ne les ais jamais vues, ça doit être cool. Je compte sur toi pour m'y emmener alors !

Je suis comme un enfant à l'intérieur, j'ai trop envie de voir ses sources chaudes et de me baigner, on me parle tellement souvent de ça que c'est devenu un rêve.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Message Dim 28 Mai - 22:48







“Le souvenir, c'est la présence invisible.”
Victor Hugo

Yun avait toujours été douée pour se retrouver entraînée dans de sales affaires – c'est d'ailleurs ce qui lui coûté la vie, je m'étais donc permis de remettre un peu d'ordre dans sa vie, parce qu'elle le méritait. Ses proches avaient vite été surpris de ce changement d'attitude. Yun excellait maintenant dans ses études, et était beaucoup plus calme qu'auparavant. L'adolescente avait toujours été pleine de vie, une vraie enfant, qu'un rien existait. Son père s'en était arraché des cheveux ! Combien de fois l'avait-il réprimandée ? Enfin, désormais il n'avait plus de soucis à se faire, Yun était devenue une vraie petite fille modèle, ce qui avait apaisé les tensions ; la jeune coréenne ne s'était jamais entendue avec son père, bien qu'elle avait toujours espéré faire changer les choses, et aujourd'hui j'avais réalisé son rêve au prix de nombreux changements. J'espère que Nashoba ne sera pas le premier à me démasquer. Qu'est qu'il penserait de moi si c'était le cas ?

▬ Il a toujours été exigeant avec moi, je me faisais souvent réprimander à cause de mes notes. Ça en devait insupportable... Alors je me suis mis au boulot sérieusement pour avoir la paix. Ça m'a prit beaucoup de temps, désolée de ne pas t'avoir contacté...

Je ne le quitte pas des yeux, tout en jouant avec l'une de mes mèches de cheveux. Il menait le genre de vie dont je rêvais. Comme j'aimerais pouvoir l’accompagner dans tous ses voyages, comme Yun l'avait toujours rêvé.

▬ Pourtant moi je trouve ça excitant de voyager aux quatre coins du Monde, tu sais... Ça fait longtemps que je rêve de t'accompagner.

J'avais besoin de voyager pour me sentir vivante, pour assouvir ma soif de connaissance. J'espérais qu'il me propose de rester avec lui, afin de pouvoir fuir ce quotidien ennuyeux qui m'attendait en. Corée. Ce n'est pas que la vie de Yun me déplaisait, loin de là. C'est juste que j'avais besoin de changements. Je n'avais beau pas connaître ce jeune garçon, je me sentais étrangement bien auprès de lui. C'était probablement les sentiments de Yun qui m'influençait.

▬ Je pense que nous avons pas mal de choses à nous raconter aussi ! Répondis-je, avec un petit sourire. Je suis tellement contente de t'avoir croisé !


Comment Yun se comportait avec lui ? Je n'en avais aucune idée, j'agissais du tact au tact, espérant ne pas soulever ses interrogations. Il doit probablement se demander pourquoi la fille qu'il a longtemps côtoyé avait subitement changé... Je ne pouvais décidément pas lui expliquer les raisons. Comment pourrais-je lui avouer que son amie avait été égorgée pour une simple histoire d'argent ? Et tout ça parce qu'elle rêvait de le retrouver à New-York ?

Nashoba sembla ravi de la proposition que je venais de lui faire. Je le suivis lorsqu'il se leva :

▬ Oui, ce sont des bains mixtes ! Je n'y suis pas encore allée non plus, j'ai hâte de voir ça !

Je le traîne jusqu'à l'établissement, non sans hâte. Nous nous séparâmes le temps de se changer puis, ayant un peu tardé, je le rejoignis dans l'eau tout en lui souriant.

▬ Ah, ça fait du bien...

Je me laisse doucement tomber dans l'eau :

▬ Et dire que je dois rentrer demain en Corée... On a à peine le temps de se retrouver... Tu comptes rester au Japon combien de temps ?


(c) Euphemia
Revenir en haut Aller en bas
Message Lun 29 Mai - 21:29

▬ Le souvenir, c'est la présence invisible    



Nashoba S. Darragh
Epuhemia

▬ The memories will show me who you really are.

Je hoche la tête, pensif. En effet, Yun m'avait souvent parlé de son père strict et de son tempérament. Même si je trouve ça étrange qu'elle ait craqué face à lui, je comprends mieux la raison de son caractère plus doux. Après, la nouvelle Yun n'était pas pour me déplaire non plus, elle avait mûrit et semblait plus douce, mais plus lointaine aussi. Plus formelle, alors que nous plaisantions sur tant de sujets graveleux. Mais il faut croire qu'avec la maturité vient aussi la sagesse, ce que je n'ai apparemment pas encore acquis. Je soupire discrètement d'un air las, et décide d'aller payer mon café, écoutant toujours Yun à mes côtés. Je la retrouve un peu lorsqu'elle parle de voyager. C'est vrai, l'ancienne Yun rêvait de quitter son père, s'enfuir et aller voir ailleurs, voir de nouveaux horizons, m'accompagnant partout où j'allais. Mais j'avais toujours refuser, ne désirant pas être considérer comme un déviant pédophile et kidnappeur de mineure. Je ne savais pas quel âge elle avait aujourd'hui, mais 21 ans était l'âge adulte aux USA, pas sûr qu'elle puisse faire tout ce qu'elle souhaite là bas si elle m'accompagne.

Je lui souris, rassemblant mes affaires, enfournant le tout dans mon sac et enfilant la bandoulière.

▬ C'est tellement bizarre, je ne m'attendais pas du tout à te trouver au Japon. C'est une énorme coïncidence, si grosse qu'on la penserait préméditée.

Un air taquin sur le visage, je reste tout de même assez impassible. Je ne suis pas démonstratif, et pas très bavard, donc il faudra bien que Yun me déride si elle veut de la discussion. En plus, les jolies filles m'attirent comme un aimant, alors j'aimerai bien refréner mes pulsions au lieu de risquer de lui sauter dessus à tout moment, et voir débarquer la police. Et éventuellement ma fin de relation avec Yun.

Arrivés devant l'établissement des sources chaudes, je détaille la façade rapidement, avant d'entrer d'un pas curieux. Chaque sexe possède ses propres vestiaires. Presque vide d'ailleurs, je crois que personne ne viendra nous déranger. Déshabillé et armé de ma serviette, je dors du vestiaire côté source. Comme cette chaleur est agréable... Je me glisse en premier dans l'eau chaude, attendant nerveusement Yun. Après tout, même si je côtoie régulièrement des corps de femmes nus, ce n'est pas pour autant que je suis à l'aise avec celui d'une amie proche. Je me trouve particulièrement déplacé en fait.

La jolie rousse ne tarde pas à arriver, et se glissant près de moi presque sans bruit, je freine mon envie de la détailler de bas en haut. Accoudé et dos au bassin, je fixe l'eau transparente, priant pour que mon noeud de serviette tienne. Je suis bien plus doué pour me déshabiller que m'habiller, et mon corps me le fait souvent comprendre à mon insu, sans que je m'en aperçoive. Il fallait surveiller ce noeud de plus près. Yun me tire de mes pensées, m'annonçant son départ demain pour la Corée. Je hausse un sourcil.

▬ Déjà ? Tu ne veux pas t'arranger avec ton père pour rester quelques jours de plus ? Cela serait bête de se quitter comme ça... je peux t'héberger si tu le souhaites.

C'était bête de ne la voir qu'un jour, plutôt que de profiter des retrouvailles.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Message Jeu 1 Juin - 22:27







“Le souvenir, c'est la présence invisible.”
Victor Hugo

Il ne s'attendait pas à me trouver au Japon.

C'était réciproque, je ne m'attendais pas non plus à rencontrer le premier amour de Yun. Il était vraiment comme dans dans ses souvenirs, Nashoba n'avait pas changé. Et ce n'était pas s'en me déplaire. C'était beaucoup plus facile pour moi de discuter avec lui. Yun lui avait souvent demandé de l'emmener avec lui, mais il avait refusé catégoriquement à chaque fois. La pauvre, elle était si déçue, elle qui rêvait de fuir la Corée et son père tyrannique.

C'est vrai que cela était une grosse coïncidence que l'on se retrouve ainsi, cela semblait même prémédité. Je lui souris en étouffant un petit rire. Sache que je n'y étais pour rien Nashoba, mes pouvoirs de déesse ne me permettaient pas de faire une telle chose. Je ne le quitte pas des yeux, tandis qu'il rassemble ses affaires, prêt à partir pour les bains mixtes :

▬ C'est vrai que l'on croirait ça préméditée. Qui sait ? J'ai peut-être des supers pouvoirs.

Je pousse un léger rire, avant de le conduire aux sources chaudes. Il ressemblait beaucoup à Yun, peu bavard et démonstratif. Mais cela ne me déplaisait pas. Chacun était comme il était après tout. Je tapota soudainement son épaule, tout en lui souriant :

▬ Dis ! Je t'ai manqué pendant tout ce temps ?

J'essaye de me comporter comme Yun, d'être directe. Même si ce n'est pas ce que je préférais.

Une fois arrivé aux bains mixtes, je le quitte afin de rejoindre les vestiaires, qui n'étaient pas mixtes. Il n'y avait pas l'air d'avoir grand monde, tant mieux, nous allons être tranquilles. Ayant un peu traîné, j'accélère le pas pour le rejoindre, tout en tenant ma serviette. Je lui souris en me glissant dans l'eau, ne lâchant pas ma serviette.

Nous restons un moment silencieux, probablement gênés. Je n'avais peut être pas eu la meilleure des idées en l'invitant ici. Je brise soudainement le silence, préférant lui avouer mon départ le plus vite possible. C'était vraiment dommage, j'aurais bien voulu profiter un peu plus de lui, et je pense que cela était réciproque :

▬ Hmm.. Je pourrais rester quelques jours de plus, c'est vrai.

Je lui souris . Avec mes pouvoirs, ce ne serait pas compliquer de modifier les souvenirs de mon entourage pour leur faire croire que mon séjour n'était pas encore fini...

Je pourrais même fuir avec lui si je le voulais.
Hm... Ce n'était pas une mauvaise idée.


Je m'avança doucement vers lui, posant mes mains sur ses épaules. Nos visages étaient plutôt proches, je pouvais sentir son souffle contre ma joue :

▬ On pourrait partir... Toi et moi... Faire le tour du monde... Tout les deux

Je plongeais mes yeux dans les siens, soudainement gêné :

▬ Je pourrais faire sorte que l'on me cherche pas... Tu sais, j'étais peut-être sérieuse pour les supers-pouvoirs.

Je lui lance un regard taquin, et vient poser mon index sur son front :

▬ Pense à quelque chose que tu voudrais oublier, une humiliation ou autre...

J'attendis quelques secondes avant d'utiliser mon pouvoir afin de lui faire oublier un des moments les plus gênants de sa vie. Je levas mon index, alors qu'il brillait encore légèrement du à mon don :

▬ Alors ? Tu en penses quoi ?

Ce n'était pas dans mes habitudes de me comporter ainsi. Mais aujourd'hui, la personnalité de Yun semblait avoir déteint sur moi, et j'avais envie de m'amuser un peu, comme elle savait si bien le faire.


(c) Euphemia
Revenir en haut Aller en bas
Message Lun 12 Juin - 14:40

▬ Le souvenir, c'est la présence invisible    



Nashoba S. Darragh
Epuhemia

▬ The memories will show me who you really are.


La jeune fille ne semble pas avoir changé tant que ça, ce que je remarque surtout avec son "est-ce que je t'ai manqué" plutôt direct. Étouffant un hoquet de surprise, je lui souris mais un air de reproche apparaît sur mon visage, rouge de chaleur.

▬ Tu le fais exprès ? Évidemment ! Tu m'as laissé sans nouvelle pendant des mois ! J'étais assez inquiet... Mais bon, puisque tu me dis que tout va bien.

Je ne répondais pas vraiment à sa question. C'était plus "est-ce que tu as pensé à moi", plutôt que "est-ce que je t'ai manqué". Mais j'avais toujours eu du mal pour exprimer mes sentiments et mes pensées, elle le savait bien. De nombreuses fois elle m'avait taquiné sur d'éventuelles copines, ou même copains. Elle savait parfaitement que j'étais bisexuel, même si je ne lui avais jamais réellement dis. C'est à coup de sous-entendu qu'elle avait fini par le réaliser, et me taquinait depuis avec ça, cherchant toujours à savoir où j'en étais dans mes histoires. Ce qui est étrange, c'est que derrière la plaisanterie, on aurait presque dit qu'elle cherchait réellement à le savoir, comme un besoin personnel.

Je m'enfonce un peu plus dans l'eau chaude, savourant cette source et le cadre idyllique. Certes la présence de la jeune rousse était déconcertante, mais je ne pouvais probablement pas être mieux. Fermant les yeux un instant, j'esquisse un sourire sans vraiment m'en rendre compte. J'écoute toujours Yun d'une oreille, et c'est avec plaisir que j'apprends la possibilité qu'elle a de rester plusieurs jours.

▬ C'est super, souris-je, content de pouvoir la voir plus longtemps. Tu as un endroit où rester ? Mon appart ici n'est pas très grand, mais je peux t'héberger, quitte à te donner mon lit.

Et puis, avec surprise, je sens les mains douces et humides de Yun se poser sur mes épaules. Intrigué, je rouvre les yeux et sursaute à la vue de son visage si près du mien. Que lui prend-t-il ? Gêné, je ne peux pas vraiment bouger, et l'écoute réciter cette phrase à la fois si rebelle et si sensuelle. Mon corps est parcourut d'un frisson, et j'attrape sans trop réfléchir les hanches de Yun de mes mains larges. Réalisant la situation, j'aurais pu lui sauter dessus, mais faire une chose pareille avec une amie proche, et en plus si jeune, j'avais plus de mal à l'imaginer.

D'apparente humeur blagueuse, Yun pose son index sur mon front, plaisantant sur le fait qu'elle pourrait réellement avoir des pouvoirs magiques.

▬ Ne dis pas de bêtises, si les dieux existaient, je serai le premier à me cacher pour m'enfuir.

Oui, les dieux faisaient parti du paranormal pour moi. Et Yun était au courant de cette facette de moi, alors je pouvais ne pas me cacher. Mais m'exécutant, je me souviens d'un moment particulièrement humiliant, un lendemain de soirée très arrosée, je m'étais retrouvé vêtu d'habits SM et teint en bleu, en plein milieu de Central Park, avachi dans une poubelle. J'ai beau être plutôt extraverti, ça ne m'a pas empêché de rougir comme une tomate et de m'enfuir en courant, traversant les rues devant des passants surpris.

Me tirant de ma rêverie, Yun me demande mon avis. Ayant beau me creuser la tête, je ne vois pas du tout de quoi elle parle.

▬ De quoi ? J'en pense quoi de quoi ? Tu as dis quelque chose ?

C'est étrange, je crois qu'elle m'a posé une question, mais je ne me souviens plus... Et juste à cet instant, à quoi je pensais ? Je ne sais pas... Un souvenir ? Bizarre, pas moyen de me rappeler, est-ce que je perds la boule ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Message Lun 12 Juin - 23:20







“Le souvenir, c'est la présence invisible.”
Victor Hugo

Oh je suis désolée Nashoba, désolée de te mentir. Tu as l'air de tellement tenir à Yun... Mais je ne peux pas te dire la vérité, c'est au dessus de mes forces. Puis, que penserais-tu de moi ? Probablement de mauvaises choses, et je n'ai pas envie que ce soit le cas. C'est vrai, je me suis promis de réaliser les rêves de Yun, afin de lui rendre hommage. Si tu venais à me détester ce serait plutôt problématique. Je lui souris timidement lorsqu'il essaye de dire que la jeune coréenne lui a effectivement manqué. Ils étaient si proches. J'avais quelqu'un comme ça, loi aussi, avant. Mais malheureusement, ces idiotes de divinités me l'ont arrachée.

▬  Toi aussi tu m'as manqué.

Je lui adresse toujours le même sourire, comme l'aurait fait Yun. Après tout, je partageais les mêmes sentiments – et accessoirement les mêmes souvenirs - qu'elle à présent. Nashoba ne me laissait donc pas indifférente non plus. De plus, ayant observé les humains pendant longtemps, il m'était aisé de percevoir une certaine attirance.

La chaleur et le cadre idyllique des sources avaient permis de me détendre davantage. C'est probablement pour cela que je m'étais montrée si entreprenante avec l'ami de Yun. Je ne quittais pas ses yeux, tandis que ses mains se glissaient à mes hanches – ce qui eu pour effet de m'arracher un frisson.

▬ Je n'ai nul part où aller, je me vois donc dans l'obligation d'accepter ta proposition. Puis, on peut dormir ensemble non ? On l'a déjà fait après tout...

Mes yeux toujours plongés dans les siens, l'observant toujours :

▬  Tous les Dieux ne sont pas mauvais, tu n'aurais pas à avoir peur. Surtout si moi-même j'en étais un. C'est vrai, on se connaît depuis si longtemps....

Je serre doucement ses épaules, le regardant d'un air attristé :

▬  Tu aurais vraiment peur si j'étais une déesse ?

Un petit rire s'échappe de mes lèvres lorsque je visualise son souvenir si embarrassant. C'est vrai qu'il y avait de quoi. Cela lui ressemblait bien d'ailleurs. Je débarrassa sa mémoire de ce souvenir si humiliant en agitant mon doigt au dessus de lui. Je savais que Nashoba craignait le paranormal, mais il n'avait pas à me craindre, moi. Je serais incapable de lui faire du mal, comme je serais incapable de le faire à n'importe quel être vivant.

▬  Tu as vraiment oublié ? Le soir où tu as finis en tenue SM, les cheveux teint en bleu dans une poubelle de Central Park ?

Nashoba n'en avait jamais parlé à Yun. LE fait que je sois au courant relevait donc du paranormal. Je lui souris tendrement :

▬ Tu as peur ?


(c) Euphemia
Revenir en haut Aller en bas
Message Mar 13 Juin - 12:45

▬ Le souvenir, c'est la présence invisible    



Nashoba S. Darragh
Epuhemia

▬ The memories will show me who you really are.


J'esquisse un sourire gêné. Si je lui ai manqué, pourquoi ne m'a-t-elle pas contacté avant ? Je veux bien croire que son père était dur, et qu'elle a du beaucoup travailler, mais on ne va pas me faire croire qu'elle n'a pas eu 5 minutes ces derniers mois pour m'écrire ne serait-ce qu'un message. Quand je suis coincé mais que je veux prévenir quelqu'un, je trouve toujours un moyen. Caché aux toilettes, le temps de ma douche, un prétexte d'aller au supermarché etc. Oui j'arrivais souvent à gruger, donc me faites pas croire que Yun a une vie si remplie au point de ne plus toucher un téléphone. Il faut être mort pour être autant occupé, et voyant la jeune fille devant moi, je doute qu'elle soit en phase de décès. Elle a juste l'air heureuse et énergique, bien qu'un peu moins que d'habitude. Enfin, les gens changent.

Mais la jeune fille gardent cependant toujours ce même plaisir à taquiner, sans que l'on sache si elle est sérieuse ou non. Je soupire d'un air las, lâchant ses hanches, accoudant mes bras au sol en pierres derrière moi. Oui on avait déjà dormi ensemble, mais pas vraiment pour la raison que vous pensez. Je lui donne une pichenette sur le front, gardant ma moue lasse.

▬ Nous étions bourrés, raides morts. Ce n'est pas une excuse pour recommencer... Je soupire à nouveau, cédant à moitié. Bon on verra une fois chez moi.

Elle avait le chic pour me faire craquer quand nous devions prendre une décision, qui était au final souvent la sienne. En même temps avec ses beaux yeux, il était difficile de lui refuser quelque chose. Mais là c'était pour dormir ensemble, j'ai plus de réserve. Elle n'est pas encore adulte, ça serait bizarre si cela s'apprenait...

Déesse ? Que-ce que c'est que cette histoire ? Je ris d'un air gêné une nouvelle fois. Pourquoi cette question ? Elle est parfaitement humaine, et les dieux n'existent pas. Enfin je crois ?

▬ Tu sais très bien que j'ai peur de tout ça, arrête de me taquiner avec ces histoires paranormales... Je passe une main dans mes cheveux, essayant de déceler une touche de plaisanterie. Ouai, tu me ferais probablement flipper.

Je ne sais pas pourquoi Yun me parle subitement de tout ça. Avait-elle lu récemment des histoires fantastiques, et elle me racontait ce qu'elle aimerait être ? Je la vois agiter son doigt au-dessus de moi, comme si elle jetait un sort. Je plisse les sourcils. Si c'est une blague, elle m'amuse moyennement. Je n'ose pas plaisanter avec l'au-delà et la possibilité d'existence des esprits etc. Ouai, ça remettrait mon petit monde en question, je ne pourrais définitivement plus vivre en paix. Je saisis son poignet, la mine contrariée.

▬ Écoute, je ne sais pas ce que tu me racontes là, je n'ai jamais fais de soirée SM ou autre étrange pratique. J'aimerai que tu arrêtes de plaisanter là-dessus, tu sais que ça me terrifie. Oui, là tu me fais peur.

Je lâche son bras et serre les dents. Je lève la tête au ciel, fermant les yeux. Au bout de quelques minutes, je soupire, et caresse la tête de la jeune fille. J'avais probablement été trop violent.

▬ Je suis désolé. Mais tu sais que je suis un trouillard. Si (je dis bien si) tu étais une déesse, franchement je préférerais que tu ne me dises rien. Je flipperais bien trop après, et je ne pourrais plus te voir comme avant. Rien de bon n'arrive avec le surnaturel. Rien...

Un sourire triste passe sur mon visage. Alban était pareil qu'elle quand nous étions petits. Toujours à parler d'histoire abracadabrantes. Qu'est-ce qu'il me faisait peur à l'époque. Et maintenant, je prierais presque pour le revoir, tellement je suis inquiet.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Message Mer 14 Juin - 15:32







“Le souvenir, c'est la présence invisible.”
Victor Hugo

Je lui souris timidement lorsque je lui propose de dormir avec lui – et il semblait aussi gêné que moi :

▬ Je ne vois pas où est le problème. Il ne se passera rien de plus...

Je lui lance un regard malicieux :

▬ Si ?

Je le regarde avec une moue boudeuse, digne d'une enfant capricieuse. Yun avait toujours réussi à le faire craquer, elle savait se montrer très persuasive. Généralement, c'est elle qui décidait et personne d'autre. La coréenne avait vraiment une forte personnalité comparé à moi :

▬ Oui, on verra ! Fis-je, en souriant.

Je savais qu'il avait peur de tout ce qui sortait de l'ordinaire, et je ne savais pas vraiment pourquoi je m'étais embarquée sur ce terrain glissant. Peut-être parce que ce secret devenait trop lourd à porter ? Ou parce que j'attendais qu'il accepte vraiment de m'emmener avec lui, en voyant que mon don pourrait le protéger ? Je n'en savais rien mais, comme je m' y attendais, cette discussion ne lui plaisait guerre. Je soupira longuement alors qu'il lâcha mes hanches, j'aurais peut-être mieux fait de me taire après tout :

▬ Je sais que tu as peur, je voulais seulement plaisanter tu sais.

Oui, je me ravivais. Je n'étais pas aussi forte que Yun après tout. Je lui lance un regard triste, tout en remettant une mèche de mes longs cheveux derrière mon oreille :

▬ Tu … Tu aurais vraiment peur de moi .. ? Après tous ses souvenirs que l'on a partagé .. ?

Ce n'est pas comme si j'allais lui faire du mal après tout. Les dieux n'étaient pas tous mauvais – certaines de mes connaissances étaient même bien plus effrayantes que moi, je ne comprenais pas vraiment pourquoi il devrait avoir peur, et il n'avait pas l'air amusé par cette conversation, j'avais donc bien fait d'y mettre un terme. Mes joues se teintent de rose lorsque Nashoba saisit mon poignet, nous étions vraiment dans une position compromettante désormais :

▬ C'est bon, j'ai dis que j'arrêtais... Fis-je la mine contrariée. Mais c'est gênant cette position, on dirait que tu veux me faire de vilaines choses...

Je plonge mes yeux dans les siens, tandis qu'il me frotte la tête. Ce n'était pas sa faute s'il était aussi trouillard après tout, il devait bien y avoir un élément déclencheur pour qu'il ait aussi peur des esprits et autres bricoles paranormales. Je lui souris, avant de me retourner et de m’asseoir près de lui :


▬ Non c'est moi, je sais pourtant que tu es effrayé par tout ça. De toute façon, ce ne sont que des histoires pour enfants.

Je me lève, quittant le bassin:

▬ Et si tu me montrais ton chez toi ? J'aimerais bien voir, je suis curieuse maintenant.

(c) Euphemia
Revenir en haut Aller en bas
Message Mer 14 Juin - 20:09

▬ Le souvenir, c'est la présence invisible    



Nashoba S. Darragh
Epuhemia

▬ The memories will show me who you really are.


Je retrouve la Yun que je connais à ses blagues salaces. Effectivement, si tout se passait bien, rien de plus ne devrait se passer. Mais nous n'étions pas vraiment des gens modèles et je devais bien avouer qu'en plus, j'étais vraiment un spécimen de la pire espèce dans ce domaine, sans réelles scrupules. Mais là, il s'agissait de Yun, de 4 ans ma cadette. Dans tous les esprits, y compris le mien (à moitié mais chut) cela sonnait vraiment malsain, de coucher, oui prononçons le mot, avec une jeune fille même pas adulte.

▬ Tu parles à mon moi raisonnable ou ma bête de sexe ? lui dis-je tout de même avec un clin d'oeil.

Mais la jeune fille, étrangement, semblait vraiment prendre pour elle ma peur du surnaturel. Ce qui est étrange, vu qu'en soit, elle est humaine, en chair et en os. Je lui caresse la joue, geste mécanique que je faisais avant pour lui remonter le moral.

▬ Hey Yun, ne prend pas ça pour toi ok ? Il n'y aucune raison de bouder, tu es tout ce qu'il y a de plus humaine pas vrai ? Le truc c'est que, si tu me dis du jour au lendemain que tu es une déesse, déjà c'est absurde, mais c'est surtout que je verrai que tu m'as menti... Et Dieu sait que je suis rancunier.

Je ponctue une nouvelle fois mon discours d'un clin d'oeil et d'un sourire, histoire d'effacer cette lourde ambiance qui pesait pour une raison obscure sur notre duo. Yun détend elle aussi l'atmosphère avec ces blagues si vicieuses dont elle a l'habitude. Je lui appuie brusquement sur la tête, faisant mine de vouloir la noyer. On a pieds, alors rien à craindre. Je rigole devant sa mine toute déconfite et ses cheveux trempés et je sors vite de l'eau, tenant ma serviette d'une main pour qu'elle ne descende pas, un sourire moqueur sur le visage.

▬ Tu fais un très joli poisson, tu devrais te faire pousser les écailles. Allez viens, je t'emmène chez moi la poiscaille.

Je rentre vite me rhabiller dans le vestiaire, et attends Yun devant l'entrée des sources chaudes. Une fois la jeune fille à mes côtés, j'entreprends de nous mener vers le petit studio que je louais, à quelques pas d'ici. Il n'est pas bien grand, mais il devrait suffire pour nous deux. J'ouvre la porte en grand, balançant ma veste et mes affaires de boulot sur le canapé du salon, pièce à gauche de la porte. A droite, une petite cuisine toute simple, assez bien aménagée. Et en face, une chambre, et une salle de bain.

▬ Je suis désolé, ce n'est pas très grand, mais j'espère que ça te convient ? Tu peux poser tes affaires dans la chambre si tu veux, ou sur le canapé. Si tu veux prendre une douche c'est en face,
moi je pense que je vais y aller, au moins pour me rafraîchir. Tu veux y passer avant ?


Attendant sa réponse, je vais me prendre une bière dans le frigo, et je l'avale d'un trait. Sans vraiment réfléchir, j'en tends une à Yun. Je sais qu'elle n'est pas majeure, mais ça fait bien longtemps qu'on a dépassé ce stade avec elle. On s'est déjà mis des caisses bien plus grosses qu'avec une simple bière. Et puis, on tient plutôt bien il me semble.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Message Jeu 15 Juin - 14:41







“Le souvenir, c'est la présence invisible.”
Victor Hugo

Je savais que Nashoba n'était pas un modèle, et qu'il avait souvent enchaîné les coups d'un soir. Je ne savais donc pas vraiment à quoi m'attendre. Puis, cela ne me dérangeait pas plus que ça de toute façon. Ce n'est pas parce que j'étais une déesse que j'allais me priver des plaisirs charnels. Mais le roumain avait l'air de faire preuve d'une certaine retenue envers Yun, ce qui était normal après tout. Je plonge mes yeux dans les siens, poussant un petit rire :

▬ Mmh... Qui sait !


Je savais que c'était une mauvaise idée de sous entendre que j'étais une déesse, je 'avais effrayé plus qu'autre chose. Heureusement il n'avait pas l'air de m'en vouloir. Je lui souris lorsqu'il caresse ma joue, posant ma main sur la sienne. Il le faisait souvent avant, étrangement cela permettait à Yun de se calmer immédiatement :

▬ Bien sûr que je suis humaine, c'était juste une blague stupide. Ce serait bizarre si les dieux existaient vraiment hein !

C'est vrai, je n'étais plus Euphemia désormais, je n'étais plus une déesse. J'étais simplement Yun, une humaine tout ce qu'il y'a de plus normal. Je ne fuyais pas mes responsabilités, loin de là. Mais cette vie là ne me convenait plus, je ne m'étais jamais vraiment sentie à ma place. Et pour la première fois, je me sentais réellement vivante. Soudainement, je sens quelque chose m’appuyer sur la tête, puis je me retrouve la tête sous l'eau sans avoir le temps de répliquer.

Tu es vraiment fourbe Nashoba.

Je remonte finalement à la surface, lançant une moue boudeuse à mon ami :

▬ Tu paies rien pour attendre !

Je le suis lorsqu'il se dirige vers le vestiaire, afin de me changer. Je le rejoins ensuite devant l'établissement, puis le suit jusqu'à son appartement. Une fois arrivée, je retire ma veste avant de la suspendre, et d'observer son lieu de vie. Il était plutôt petit, mais il devrait convenir pour deux personnes. J'avais l'habitude de vivre dans une maison six fois trop grande pour moi et le père de Yun, je préférais largement ce petit studio, qui semblait moins vide :

▬ Ne t'en fait pas c'est très bien, ce n'est pas la taille qui compte après tout. Je veux bien utiliser ta douche oui, je pourrais en profiter pour me changer comme ça.

J'attrape la bière qu'il me tend avant de la descendre aussi rapidement que lui, j'avais toujours bien tenu l'alcool et lui aussi :

▬ Tu as pas des trucs plus forts ?

Puis je me dirige vers la salle de bain afin de me rafraîchir, essayant de prendre le moins de temps possible. Une fois terminé, je me laisse tomber sur le canapé, avant de plonger mes yeux dans les siens :

▬ Qu'est qu'on fait ce soir ?

Je me sentais bien mieux dans cette petite robe, j'étais prête à tenir toute la soirée s'il le fallait.

(c) Euphemia
Revenir en haut Aller en bas
Message Jeu 15 Juin - 19:27

▬ Le souvenir, c'est la présence invisible    



Nashoba S. Darragh
Epuhemia

▬ The memories will show me who you really are.


Engloutissant la bière au même rythme que moi, je remarque que Yun n'a rien perdu de sa capacité d'alcoolique et fière de l'être. Évidemment, la question qui suit ensuite ne m'étonne pas du tout, et je file fouiller dans un placard pour y trouver une bonne bouteille de vodka, qui devait traîner là depuis un bon petit moment.La jeune fille en profite pour filer à la douche, ce qui me permet de fouiller un peu plus dans tout mes vieux cartons. Lorsque Yun ressort de sa douche, je lui tends avec un air victorieux, fier de ma trouvaille :

▬ Vodka, 30%, plutôt chère, alors déguste-la ! Pas comme la bière. Et laisse-m'en, je file à la douche.

Je lui lance un regard en coin, la défiant de me contredire. Je remarque qu'elle a enfilé une robe courte qui lui va très bien, mais je me retiens du moindre commentaire, esquivant ainsi les piques qui auraient pu suivre. Puis je file dans ma chambre, attrape une serviette propre et court sous la douche. Ni une ni deux, je la torche aussi vite que possible. Ais-je peur que Yun ait bu la bouteille entière ? Oui, totalement. Laisse moi boire aussi, ça fait des semaines que je me suis pas bourré la gueule avec quelqu'un. Les cheveux encore mouillés, la serviette trempée autour de ma taille, torse nu, je pointe Yun du doigt, essoufflé.

▬ J'espère que t'as pas tout bu, sinon ça va barder !

Et tel un ouragan, je déboule dans ma chambre, enfile un caleçon et un jogging, et ressors torse nu, comme toujours. Quoi, j'aime être torse nu, je me sens libre et bien. C'est confortable. Je m'affale sur le canapé, position de beauf. Accoudé à l'accoudoir, je réfléchis à ce qu'on pourrait faire ce soir. Sortir, je n'avais pas vraiment envie. J'avais juste envie de me poser, rester là à discuter, profitant de la soirée. Et de Yun.

▬ Je t'avoue que je suis crevé, je me poserai bien devant un film tranquillement. Tu veux que je commande des pizzas, ou un autre truc ?

Quand j'étais en manque d'inspiration, je commandais toujours deux trois pizzas, ou des sushis au traiteur d'à côté, ou même un bon gros fast-food pas du tout diététique. D'un geste songeur, je me passe une main sur le torse. On m'a fait remarqué que c'est un geste que tout homme fait sans le voir, et c'est vrai que je me surprends souvent à la faire maintenant. Je passe une main dans mes cheveux et sourit à la jeune rousse :

▬ A moins que la demoiselle soit au régime, et souhaite une salade nature et un verre d'eau ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Message Ven 16 Juin - 13:13







“Le souvenir, c'est la présence invisible.”
Victor Hugo

Je souris à la vue de la bouteille, c'était bien meilleur qu'une pauvre bière. Je ne tarde à saisir la bouteille, et en vider un bon quart plutôt rapidement. Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu l’occasion de boire, en Corée, il m'était difficile d'acheter de l'alcool sans passer par le marché noir. Je ris quand il me demande de lui en laisser un peu, tout dépendra de sa rapidité à se doucher. Je lui lance un regard taquin, avalant une autre gorgée de vodka :

▬ Ça... Ça ne dépendra que de ta rapidité.

Je m'allonge sur le canapé en attendant qu'il daigne finir, balançant mes jambes dans le vide. J'étais bien ici, bien mieux que dans cette maison trois fois trop grande. Si seulement je pouvais rester. Mais je savais que ce serait difficile de le convaincre, puisque  Yun était encore mineure. Enfin... Dans certains pays, la jeune coréenne était déjà majeure. C'était un bon argument non ? Lorsque je l'entends arriver, je lève les yeux vers lui - tête en arrière, restant étalée sur le canapé :

▬ J'ai pas encore tout buuu ~ Et puis de toute façon je n'ai pas peur de toi Nash. Je suis mineure tu ne peux rien me faire !

Je lui tire la langue , attrapant la bouteille de vodka avant de l'agiter sous son nez :

▬ Vient la chercher si tu l'oses !

L'alcool me rendait euphorique, ce n'était pas nouveau. Je me lève et court dans son appartement, riant comme une idiote. Une fois notre petit jeu idiot terminé, Nashoba s'étale dans le canapé, je pose ma tête sur l'accoudoir, cherchant quelque chose à faire afin d'occuper notre soirée. Tout comme moi, Nashoba n'avait pas envie de sortir, le film me semblait donc une bonne idée.

▬ Je suis d'accord pour le film, et encore plus pour les pizzas.

C'est vrai ? Comment résister à une bonne pizza ? Ou même à un bon fast-food. Le gras, c'est la vie. Ce n'est comme si j'avais à craindre pour ma ligne aussi. J'étais une divinité, je ne grandissais pas comme je ne grossissais pas.

▬ Moi ? Au régime ? Et puis quoi encore ! Le jour où je ferais un régime ce sera sûrement la fin du monde.

Je ris doucement, plongeant mes yeux dans les siens :

▬ Et pour le film ? Qu'est-ce que tu voudrais regarder ?

J'attrape une photo qui traîne sur un meuble, on pouvait y observer Nashoba et Yun, la vraie Yun. Elle semblait si paisible... Comment aurait-elle pu savoir que sa vie allait s'arrêter si brusquement ? Entortillant l'une de mes mèches de cheveux autour de mes  doigts, je dirige mon regard vers mon ami :

▬ Tu te souviens de ce jour-là ? Tu devais repartir aux États-Unis et je t'avais fais toute une comédie pour que tu m'emmènes.

Si seulement il l'avait vraiment emmenée, elle serait probablement encire là aujourd'hui. Mais ce n'est pas sa faute, comment aurait-il pu savoir ?

▬  J'étais même prête à me cacher dans ta  valise.

Yun n'en pouvait plus de la Corée, de son père trop exigeant. Et, quelle jeune fille n'avait jamais rêvé de fuir avec l'homme qu'elle aimait ?

▬ Après que tu aies refusé, j'ai tout fais pour trouver de l'argent, quitte à me salir les mains. Je voulais absolument fuir la Corée, je ne supportais plus mon père.

Je hausse les épaules, poussant un léger soupir :

▬ Et c'est toujours le cas.

Bref changeons de sujet :

▬ Cette teinture elle me va bien ?

(c) Euphemia
Revenir en haut Aller en bas
Message Ven 23 Juin - 17:39

▬ Le souvenir, c'est la présence invisible    



Nashoba S. Darragh
Epuhemia

▬ The memories will show me who you really are.


Yun semble taquine ce soir, et c'est un challenge qu'elle me lance en me défiant d'aller récupérer mon précieux. Ma bouteille de vodka chérie, à moitié déjà torchée. Comme un fauve, je m'accroupis sur le canapé, me tenant face à la jeune rousse qui courait dans l'appartement en tentant de me fuir, et d'une détente maîtrisée, je lui saute dessus, l'écrasant avec mes 85 kilos de muscles, attrapant la bouteille d'une main libre. Affalé sur Yun qui riait, je lui souris d'un air bête :

▬ J'ai osé.

Et ponctue ma phrase d'une superbe descente d'alcool. Le liquide me descend dans la gorge, et je sens avec plaisir la chaleur monter dans mes entrailles. Y a rien de mieux que la vodka pour faire passer les problèmes. D'ailleurs pour cela que j'en avais plusieurs dans mon placard, j'avais beaucoup trop de problèmes. A moins que j'en créais exprès pour boire cette divine boisson ? Lâchant un soupir bruyant de soulagement, je m'affale de nouveau dans le canapé moelleux, tel un alcoolique de premier choix, habitué à se torcher facilement et régulièrement une petite bouteille.

Ce qui était parfait, c'est que Yun semblait totalement partante pour une soirée pizza, calés tous les deux devant la télévision, comme deux morfales. Enthousiaste, je m'empare de mon portable et compose rapidement le numéro appris par coeur, commandant rapidement 8 pizzas pour dans 30 minutes. Un clin d'oeil à Yun plein d'amusement, qui veut certainement dire "j'espère que tu as faim". Une fois la commande passée, je range mon téléphone, et observe la jeune fille regarder mes photos posées sur le meuble tv, pensif. Oui je m'en souvenais très bien. C'était une des rares fois où j'étais venu voir la jeune fille en Corée, sans pour autant rencontrer sa famille. Oui, ça avait été un chouette moment. Et effectivement, elle m'avait tapé un scandale pour que je l'emmène avec moi, chose qui était totalement impensable vu son âge et sa famille très stricte. De plus, je ne voulais rien avoir à faire avec la police. Considéré comme un kidnappeur d'enfant, non merci.

Mais vraiment, plus j'y pensais, et plus ça me trottait dans la tête. Malgré le fait qu'elle avait l'air d'être sincère, j'avais eu du mal à gober l'histoire de sa disparition, et de ses relations avec son père. Connaissant Yun, elle aurait préféré se couper une jambe plutôt que de lui obéir, et pourtant, la voilà devant moi, en chair et en os, en train de me dire qu'elle avait fait la "paix" avec lui, et qu'elle avait travaillé dur. De plus, son étrange discours dans les sources m'avait donné une impression bizarre, comme si je passais à côté de quelque chose d'important. A croire presque que ce n'était pas la vraie Yun. Je la regarde, l'observe, la même façon de parler, des souvenirs distincts et réels, comment pourrais-je douter de sa réelle présence ici ? Je devrais penser à autre chose, c'est probablement moi qui devient étrange. Je frappe dans mes mains, sortant de mes pensées.

▬ Choisi le film Yun, honneur aux dames.

Ce discours sur de l'argent sale me troublait. Où avait-elle donc trainé pour chercher cet argent ? Je n'avais pas envie d'y penser, mais cela me faisait peur. Son brusque changement de conversation je l'accueille comme un soulagement. Les sujets difficiles ne sont pas pour moi, je suis nul pour en discuter malheureusement...

▬ Ta... couleur ? Euh oui elle te va bien, mais tu ne l'avais pas déjà la dernière fois ?

Si je devais retenir les couleurs de cheveux qu'elle s'était faite, je crois que j'en aurais pour des jours à tout mémoriser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Message Ven 30 Juin - 22:51







“Le souvenir, c'est la présence invisible.”
Victor Hugo

Eh oui Nashoba, si tu veux cette bouteille, il va falloir réussir à m’attraper. Courant dans son petit appartement, je me perche sur la table du salon, buvant une gorgée du précieux pour le taquiner. Puis, sans que je m’y attende, cet idiot me sauta dessus tel un félin. Je tombai en arrière sur le coup de la surprise, écrasée par son poids. C’était une position très embarrassante, je devais bien l’avouer… Mais je ne pouvais m’empêcher de rire, sûrement euphorique suite à la forte dose d’alcool que j’avais ingurgité :

▬ Pff… Idiot ! Qu’est-ce que tu ne ferais pas pour de l’alcool …

Je le regarde descendre la bouteille, légèrement embarrassée. Ce n’était pas drôle Nashoba tu sais ; tu jouais avec les sentiments de Yun. Je me demandais si ce n’était pas une bonne idée de lui en parler. Après tout, je m’étais promis de réaliser l’ensemble de ses rêves. Mais, j’avais peur qu’à cause de cette révélation, notre amitié ne puisse plus exister. Je soupire longuement ne sachant que faire, m’asseyant auprès de lui, je pesais le pour et le contre, n’arrivant pas à me décider.

L’idée de manger des pizzas me permet de penser à autre chose. C’est vrai, il n’y avait rien de meilleur qu’une pizza. Je lui souris lorsqu’il me regarde. Ne t’en fait pas Nashoba, j’étais affamé à force de me prendre la tête autant. Attendant que le livreur daigne arriver, je ressasse le passé à la vue d’une photo, posée sur le petit meuble du salon.

Ce fameux jour

Ce fameux jour où, en refusant de l’emmener avec lui, Nashoba avait condamné Yun à traîner dans de sales affaires afin de gagner de l’argent pour le rejoindre. Je ne lui en voulais pas loin de là. Comment pouvait-il savoir ? Je me disais juste que les choses seraient différentes s’il avait accepté ce jour-là. Enfin, je n’avais pas envie de parler de ça plus que ça. Je lui souris, cherchant longuement quel fil nous pourrions bien regarder :

▬ Hmm … Qu’est-ce que tu penses d’un film d’horreur ?

Je lui souris d’un air taquin, attendant sa réaction, peureux comme il était :

▬ Je plaisante ! Une comédie ? Un truc pas trop compliqué à suivre… Je n’ai pas envie de me prendre la tête ce soir !

Je joue avec l’une de mes mèches de cheveux, en attendant sa réponse. J’avais préféré changer de sujet, je ne voulais pas qu’il apprenne ce malheur. Je sursautai légèrement quand il me sorti que cette couleur m’allait bien… Ah oui … ? Embarrassée je détournai le regard :

▬ Non… c’est la première fois que je la fais...

Je plongeas mes yeux dans les siens, les joues rouges :

▬ Tu… tu sais … Il y’a quelque chose que j’aimerais te dire…

Je posai mes mains sur ses épaules, m’allongeant sur lui :

▬ Si je tenais tant à venir avec toi lors de tes voyages… Si je m’intéresse autant à toi… Been, en fait… C’est parce que je t’aime… Depuis longtemps

Sur ce, je passa mes lèvres aux siennes, le gratifiant d’un baiser passionné.


(c) Euphemia
Revenir en haut Aller en bas
Message Lun 3 Juil - 15:05

▬ Le souvenir, c'est la présence invisible    



Nashoba S. Darragh
Epuhemia

▬ The memories will show me who you really are.


Je lui fais un clin d'oeil, m'empressant d'aller chercher une autre bouteille dans mon placard magique. J'avais bien remarqué un petit whisky qui traînait, et m'en empare immédiatement, pour la poser avec délicatesse sur la table basse, une expression snob sur le visage.

▬ Le whisky de madame est servi.

Perdant mon air prout-prout, je lui lance un nouveau clin d'oeil moqueur. L'alcool, avec les filles, la fête et la bouffe, c'est ma passion. Je ne m'en lasse pas. Trois comas plus tard, je recommence toujours, peu importe le prix. Oui, il m'est arrivé des choses plutôt dangereuses étant bourré, et d'autres dont je ne me vanterai certainement pas...

Les pizzas sont arrivées bien rapidement, et pendant que je les coupe maladroitement, Yun me propose un film d'horreur. D'un air blasé, je me tourne vers elle, prêt à lui marmonner un quelconque mécontentement. Mais voyant son air moqueur, je hausse les épaules, esquissant un vague sourire. Décidément, que je me trompais ou pas sur son histoire, Yun restait au fond exactement la même fillette taquine que je connaissais.

Mais bizarrement, et cela faisait quelques minutes que je le remarquais seulement, elle semblait toujours rougir au moindre de mes commentaires. Je ne suis pas malin, mais quelque chose commençait bien à germer dans mon esprit, et je ne savais pas si c'était bon ou mauvais signe. Lorsqu'elle rougit une nouvelle fois à mon compliments sur ses cheveux, j'en étais presque sûr, mais je pouvais, et je voudrais me tromper. Ce n'était pas possible, il y a une autre explication à cela, j'en suis certain.

Mon coeur rate un battement. Qu'est-ce que c'est que ce regard ? Je ne l'ai jamais vu. Où est-ce que je n'y ai jamais fais attention ? Ma poitrine se bloque, ratant un deuxième battement. Pourquoi rougit-elle autant ? Pourquoi cette ambiance est-elle carrément ambiguë et bizarre ? Et pourquoi ses longs et fins doigts viennent-ils chatouiller mes épaules de la sorte ? D'une voix mal assurée, j'essaye de me défaire de ce sentiment de malaise, qui vient de je ne sais où :

▬ Yun tu... je pourrais me méprendre... on dirait que tu...

Je t'aime. Depuis longtemps. Ses quatre mots semblent m'assommer, mais ma surprise est encore plus grande lorsque je sens ses lèvres si douces rencontrer les miennes. Mon corps semble parcourut à la fois d'un frisson et d'une vague de chaleur. Abasourdi, je me laisse faire, ne sachant absolument pas comment réagir. Après quelques secondes, j'empoigne les épaules de Yun, et la sépare (à quelque contre coeur) de moi. J'ouvre la bouche, mais rien ne sort. Je ferme les yeux, respire un coup en prenant un visage entre le sérieux et le "victime d'une mauvaise blague".

▬ Yun, si c'est une blague elle n'est pas très drôle... Es-tu bourrée ?

Elle n'est qu'une gamine ! Comment pourrait-elle tomber amoureuse d'un mec comme moi ? Je suis ni agréable, ni drôle, je suis froid et pas forcément serviable. Et c'est mon amie ! Enfin je ne nie pas avoir déjà eu, (et plus souvent que je ne veux bien l'admettre) fantasmer sur son corps et son physique, certes elle est gentille, attentionnée, et super mais... Mais c'est malsain ! On a 4 ans d'écart, je sais pas vous mais je trouve ça énorme... Elle n'est même pas majeure, j'enfreins je ne sais combien de règles si je sors avec elle. Et puis, si elle est vierge, je fais quoi ? J'en sais rien ? MAIS C'EST PAS LA QUESTION PUTAIN !

Silencieux, mon conflit intérieur fait rage. J'espère sincèrement que c'est une blague, parce que je n'ai pas la moindre idée de quoi lui répondre. Est-ce que je l'aime ? Euh... J'en sais rien ! C'est une amie très proche, et OUI J'AI DEJA EU DES IDEES fin voila, mais de là à dire que je suis amoureux ? Je ne sais pas... Je ne sais même pas ce que ça fait d'être amoureux, je ne l'ai jamais été. Ou si peut-être une fois ? Je ne sais pas, je ne m'en souviens pas... Merde, qu'est-ce que je dois faire ? Qu'est-ce que je dois dire ?

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Souvenir d'Haiti
» La main invisible
» Aux yeux du souvenir...
» quelques imageries pour ce souvenir......
» Souvenir,tristesse et espoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Melancholy of Souls :: Tic Tac, l'Heure sonne... :: Cimetière :: RPs abandonnés-