RSS




Les Yeux Noirs

" Invité "
Who am i !

Message Dim 9 Juil - 21:08
Depuis le plafond haut, deux faisceaux de lumière s'étaient croisés pour plonger sur le siège du pianiste, en face du piano à queue. Fébrile, le public attendait le musicien annoncé dans cet instant de suspension, curieux de voir l'interprétation de Brahms joué par ce jeune pianiste montant. Médiatisé sous un côté mystérieux, c'était un jeune talent qui ne se dévoilait pas sur scène, souvent représenté dans les affiches par son ombre projetée contre un paravent japonais. Il n'était pas connu de tous mais commençait à percer dans le milieu, son prénom volait sans nom fixe mais quand onévoquait un Haruki, c'était toujours le même: le musicien que personne n'avait jamais vraiment vu mais qui fascinait. Il y avait un engouement général et s'il était tard cette nuit là, quelques heures avant le réveil d'un autre jour et quelques secondes avant l'audition prévue, le dénommé Haruki n'avait toujours pas fait son apparition. Les secondes s'étiraient dans le temps avec un mouvement élastique et bientôt, il fallut annoncer un changement de programme. (...)



-



Le temps était propice à la chaleur moite de l'été en préavis de la mousson. À quelques rues de là les esprits s'agitaient dans l'effervescence de l'alcool et de la musique électronique, plongés dans les ténèbres d'un chaos luminescent. Caressant de l'ouïe ce tumulte lointain, Lei laissait les résonances de la ville remplir son cerveau à coup de sons et de couleurs. Ses pas s'alignaient doucement sous les lumières des lampadaires et sa silhouette de loin obscure, se découpait en silence en projetant une ombre étirée et déformée au fur et à mesure des réverbères. Ici se mourrait avec le jour tandis que là-bas naissait avec la nuit. L'air sentait une pluie imminente et tandis que déambulait l'individu, un mouvement de côté fit s'interrompre la cadence de ses pas. Il se détournait du tracé droit sa ligne invisible et s'approchait d'une vitrine aux allures closes. Sous l'enseigne éteinte une minuscule boule de poils agitée grattait la barrière de verre et de l'autre côté, Haruki ployait ses jambes pour observer ce spectacle désolant. Sa main vint s'aplatir sur le plat de la vitre et le haut de son front s'y collait, dans une affliction impuissante. Son regard sombre, un regard artificiellement sombre couvrant le blanc comme les iris de ses globes oculaires, donnant l'impression de deux trous noirs sans direction fixe, observèrent longtemps le petit animal prisonnier dans un bar érigé à son emblème. Il aurait pu rester des heures ainsi.

A un moment, il y eut un frottement de tissus, le crissement des semelles sur le goudron du sol. On approchait rapidement et Haruki ne se tournait pas.

-Qu'est ce que tu fous! Rentre chez toi au lieu de dégueuler dans la rue!

Son col le tira un peu trop fort en arrière et il dut se résoudre à suivre le mouvement le ramenant droit sur ses jambes et dos à la vitre. Haruki fit face à un homme trapu, un flic venu flairer l'inhabituel dans cette ruelle calme avant de continuer sur les rues voisines, trop animées. Roulant immédiatement les yeux de côté, le jeune homme regardait le coin de la rue, mollement.

-T'entends gamin !

On lui avait appris à répondre aux questions et il s'efforça de répondre, avec quelques instants de retard avec un oui audible. Aussitôt soupçonné d'une consommation illicite, il fut interrogé de nouveau et, agacé par cette impression d'absence flottante, l'homme lui saisit le visage pour l'obliger à le regarder droit dans les yeux. Une micro seconde désarçonné par ces orbites sombres. Le flic, il n'avait aucune idée du supplice qu'il infligeait à ce gamin. Et c'est dans son unique objectif de trouver ce qu'il tentait de deviner, qu'il sentit un tremblement sous ses mains fermes.


Les Yeux Noirs
Ft Les Yeux Noirs
PV Nashoba ❘ Haruki



Il y eut une nuée de couleurs vives lorsqu'Haruki sentit des yeux se clouer dans les siens. Des picotements par millier sur la nuque s'installèrent et un violent tiraillement entre ses omoplates le fit se crisper de tout son corps. Une seconde, une de trop en bloquée dans ce contact oculaire, et Haruki fermait les yeux. Ses paumes et ses phalanges devinrent moites et dans un regain d'énergie il repoussait brutalement  toute la pression exercée sur son corps, déstabilisant le gardien. Dans un air d'animal fou il se glissait sur le côté pour fuir un second assault et évitant tout mouvement à son encontre il détalait en courant comme si sa vie entière en dépendait.
Il courut, longtemps, et plus longtemps que réellement nécessaire.

Sa course ne cessa qu'entre les corps circulant entre les bars et les boites, sillonnant d'un pas trop rapide pour celui qui prendrait réellement le temps de profiter des attractions des lieux. Resté aux aguets, il se retourna plusieurs fois dans sa trajectoire pour vérifier qu'il n'était pas pisté et quand bien même plusieurs instants s'écoulèrent qu'Haruki resta dans cet état de nervosité. Il se retourna une énième fois, fondu dans le brouhaha environnant entre deux rires et deux discussions de rue et son être heurtait sans crier garde un type placé sur sa trajectoire. Haruki, il n'avait ni bu ni fumé et cet endroit bondé d'humanité assaillit son esprit, tout à coup. Le monde pivotait autour de lui et reprenant son équilibre, désorienté, il poursuivit sa route.
Revenir en haut Aller en bas

Les Yeux Noirs

avatar
Humain N
Who am i !

Message Mer 2 Aoû - 17:09







Les yeux noirs

Je jette un regard autour de moi.
Qu'est-ce que je fais ici, à Hiroshima ? Je n'en sais rien. A vrai dire, je ne me souviens pas d'être arrivé ici d'une quelconque manière. Ai-je pris le bus ? Une voiture ? Pas de signe de mon véhicule dans le parking près de moi, à droite. Je regarde les immeubles délabrés, ressens l'air lourd, signe de pluie imminente. Je me laisse guider par mes pas, sans bien savoir où je vais, regrettant de ne pas avoir pris de parapluie. Il flottait dans l'air ambiant un sentiment de fête lointain, ponctué de faisceaux de lumière mobiles et colorés, et d'une musique presque barbare, celle que j'affectionne particulièrement. Porté par les notes et le rythme du festival, je déambule dans les rues, regardant le ciel se teinter d'une encre sombre. Autour de moi, beaucoup de gens sont grisés par la fête, et la foule se fait plus dense lorsque l'on arrive au centre de la ville. Ne sachant pas quoi réellement faire, je me laisse guider par les panneaux, repérant un café à chat non loin de là. La ruelle dans laquelle je passe sent vraiment mauvais. C'est fou comme la puanteur de cette ville, et son aspect gris et terne contraste avec la vivacité de la population grouillante.

J'entendais des cris au loin, légèrement brouillés par les rires ambiants. Les problèmes continuent pour certains. Alcooliques ? Junkies ? Vieux se disputant à coup de cannes tel des jedis d'un film reconnu ? Je hausse les épaules, continuant mon petit bonhomme de chemin inconnu. J'étais là, me promenant dans une rue, et pourtant j'aurais pu disparaître que rien n'aurait pu changer dans cette ville. Y-a-t-il vraiment besoin d'autant de monde dans ces regroupements d'immeubles, de relents de moisissures, de pollution et de sols sans cesse foulés par des pas téléguidés ? Philosopher ainsi ne me ressemble vraiment pas. Je me contente simplement d'oublier cette question. Après tout, je ne suis qu'un petit insecte parmi tant d'autres, créant ainsi une gigantesque fourmilière. Enfin.

Un garçon me bouscule. D'un air absent, je me retourne, suivant la silhouette qui s'éloigne. Elle n'a pas l'air bien guillerette, ni même en forme. Curieux, je reviens sur mes pas, rattrapant le jeune homme, qui semble décidément bien ailleurs. Je lui attrape l'épaule, et l'interpelle d'un ton inquiet :

▬ Hey, est-ce que tu vas bien ? Tu veux de l'aide ?

Ses yeux semblaient totalement désorientés, comme s'il avait consommé quelque chose de bien trop illégal pour être naturellement dans cet état.

▬ Tu es perdu ? je reprends.

HRP:
 

(c) Euphemia
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Dan/Rose] Un repas succulent pour une compagnie délicieuse
» La fille qui avait peur des yeux noirs.
» Animaux et végétaux des Ténèbres
» Les Eldars noirs.
» Profils Elfes de la forets noirs, et tribus du harad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Melancholy of Souls :: Tic Tac, l'Heure sonne... :: Cimetière :: RPs abandonnés-