yuna Ϟ wish that you were here

Invité
Message Sam 22 Juil - 16:00
Yuna Kan'Ei

Yuna Kan'Ei

Enma Ai | Jigoku Shoujo

  • prénom(s)Yuna
  • nomKan'Ei
  • sexefemme
  • âgequatorze ans
  • métier (si Humain)///
  • nationalitéjaponaise
  • racetraqueuse
  • Arme (si Traqueur)un sabre
mon avatar

caractère

Perhaps, it is time to die.

Tu es si étrange Yuna, n’est-ce pas ? Personne ne sait jamais à quoi tu penses, derrière ce regard froid, cet océan de froideur, pourtant si hypnotisant. Le seul moyen de savoir quelles pensées peuvent bien traverser, voire nourrir ton esprit, c’est d’attendre. Attendre que tu daignes cracher ton venin, cette haine que tu as pour le monde entier, pauvre enfant qui n’a jamais connu le bonheur. Parce que personne ne t’a jamais comprise, personne n’a jamais fait l’effort pour, accessoirement. Tu es un être à part Yuna. Tu t’es construite cette coquille afin de te protéger de cette société que tu détestes tant. C’est pour ça que tu joues les sales pestes, que tu as cette manie de t’exprimer froidement, de dire systématiquement ce que tu penses, comme si tu n’aimais rien, comme si tu n’avais aucune attache. Et, c’est sûrement vrai. Tu n‘as pas ta langue dans la poche, une vraie langue de vipère. Tu es le genre de fille hargneuse, blessante, qui n’as pas peut de dire haut et fort ce qu’elle pense, peu importe qui se tient en face d’elle. C’est ça, être réaliste. Tu as toujours eu du mal avec les sentiments des autres, parce que, au fond, t’es qu’une pauvre égoïste. Cependant, si tu ne penses pas à toi, qui le fera ? En outre, le sarcasme et l’ironie sont tes seules amies, toi qui n’aime rien ni personne. Tu es seule, et tu le resteras probablement.

Il est aisé de percevoir le manque d'intérêt que tu portes à ton entourage, Yuna. Ton impulsivité prenant souvent le dessus sur toi. Il ne faut d’ailleurs pas trop compter sur ta pitié. En effet, tu es plutôt antipathique. Tu pourrais abandonner une personne agonissant sous tes yeux, sous prétexte que cela lui te ferait  perdre son temps. Il ne faut également point que quelqu’un vienne te bassiner pas avec ses sentiments, ses emmerdes, et tout autre futilité, tu lui rajouterais juste des soucis... ou dans le meilleur des cas, en aura rien à faire et tu l’enverras chier. Hormis ta propre personne, il n'y a pas grand-monde dans ton cœur d'ombre. Faible, tu prononces si souvent ce mort. Ce qui renvoie, une fois encore, à ton manque d'empathie, et accessoirement de sympathie. Tu n'es pas du genre à aller vers les autres, ton caractère froid prenant souvent le dessus. Tu repousses systématiquement tout individu se montrant amical envers toi, tu peux même te montrer violente si la personne en question persévère.  En bref, tu détestes la vie en communauté, et cela est dû à un fort choc psychologique. L'impulsivité est ton principal défaut, une parole déplacée à ton égard et... En fait, il ne vaut mieux pas essayer, enfin si vous tenez à votre intégrité physique... Un regard de travers est d'autant plus prohibé Yuna, tu peux entraîner toute personne te manquant de respect dans les abysses les plus profonds de l'Enfer, avec un plaisir presque malsain. De plus, tu es prête à tout pour parvenir à tes fins, utilisant la violence comme moyen de persuasion. Tu n’hésites pas à frapper là où ça fait mal, sans le moindre scrupule. C'est ton métier désormais après tout. Tu n'auras aucune pitié envers les humains, toi qui les déteste tant.

Tu détestes les hommes, pauvre misandre que tu es. Alors tu les repousses, eux qui te dégoûtent tant, eux qui t’ont volé ta candeur. C’est pour cela que tu préfères normalement les filles, bien qu’il existe une exception, un homme qui avait réussi à gagner ta confiance. Tu le regrettes désormais. Mais, au fond, tu n’es jamais tombée amoureuse - parce que ton seul amour s'est transformé en haine, et tu ne penses pas être prête à assumer. Tu oscilles entre le doux et l'amer, Yuna.
mon avatar

histoire

You said you would protect me.. I trusted you ..

Yuna est née au treizième siècle, dans un petit village japonais reculé, non loin des montagnes Hida. Le nouveau né fut tout de suite chéri par ses parents, bien qu'il fut l'objet de suspicions de la part des habitants, très attachés à leurs coutumes. Alors, quand une épidémie de ce qui est aujourd'hui la grippe se propagea, peu après la naissance de Yuna, le nourrisson en fut tout de suite tenu comme responsable. Puis, ils la regardaient d'un mauvais œil, cette enfant au yeux rubis... Ce n'était pourtant dû qu'à un simple manque de mélanine. Toutefois, à cette époque, tout le monde se méfiait de ce qui sortait de l’ordinaire. Et notre amie n'échappait pas à la règle.

Elle grandit donc sous le mauvais œil des villageois, qui la traitait fréquemment de monstre en lui jetant des pierres, la considérant comme responsable de tous leurs malheurs. Aucun des enfants du village ne lui adressait la parole, hormis son cousin, Yû, dont elle était très proche. Effectivement, ce dernier la protégeait des insultes à répétition des villageois, et parfois même de leurs excès de violence. Yuna ne pouvait que se réjouir de l'avoir à ses côtés, c'est lui qui égayait sa vie si monotone.

Dans le plus grand des secrets, le père de la brunette, un samouraï, entraîna sa fille à l'art du combat et du bushido, le principal code moral de ses guerriers. Il avait longuement nourri le rêve de transmettre à son fils ses valeurs, mais malheureusement c'est une petite fille qui avait vu le jour. Il fut donc contraint de lui enseigner, pour qu'un jour, elle puisse transmette ses valeurs à ses enfants. D'ailleurs, la gamine voyait ses entraînements d'un bon œil, pensant qu'un jour elle pourrait ainsi se défendre, et protéger à son tour son cousin, comme il l'avait toujours fait avec elle. Sa vie était donc plutôt paisible, si on omettait les suspicions ridicules des villageois.

Alors que Yuna venait de fêter sa septième année, le doyen du village vint se présenter à ses parents. Comme tout les cents ans, une enfant de sept ans devait être offerte en sacrifice aux divinités, pour protéger le village de la colère des dieux ainsi que de la famine et de la sécheresse. Et, c'est Yuna, enfant bouc-émissaire qui fut choisie. Ce n'était guerre étonnant, cela permettait aux villageois de se débarrasser de cette gamine qu'il considérait comme responsable de tous leurs malheurs. Notre amie se souvient encore des pleurs de sa mère, qui n'ont cessés qu'au levé du soleil, et du visage morne de son père. Pendant un instant, elle maudit sa pathétique existence, et les coutumes complètement barbares de son village natal. Si seulement ils pouvaient tous disparaître...

Yuna assista donc à toute une cérémonie, dans le but de purifier son corps, puis fut jetée et enfermée sans aucune forme de pitié dans une grotte, où on comptait la laisser mourir de faim et de froid. Cependant, cela était sans compter sur la bravoure de Yû, qui lui apportait chaque jour de quoi se nourrir. Pour lui, il était inconcevable de laisser mourir sa cousine ainsi. Sa chère et tendre cousine... Yuna accorda donc une confiance aveugle à son cousin – pour qui elle développa de forts sentiments, et se mit en tête qu'il la protégerait quoi qu'il arrive. Ses parents, eux aussi dans la confidence, lui rendait visite aussi souvent qu'ils le pouvait. Ainsi, la nymphette pu poursuivre l'entraînement de son père.

C'est sept années plus tard que leur petit secret fut découvert. Certains villageois, ayant aperçu Yû quitter le village plusieurs fois en pleine nuit désirèrent de le suivre, et quelle ne fut pas leur surprise lorsqu'ils aperçurent Yuna. Pour eux, tout s'expliquait. C'était pour cela, oui pour cela que le village souffrait autant, que la famine commençait peu à peu à les tuer. C'était parce que Yuna était en vie. Ô elle s'en souviendra toujours Yuna, pauvre Yuna, de ce soir maudit.

- Cours, part aussi loin que tu le peux.

Voilà ce que lui avait dit son cousin, alors qu'il tentait vainement de retenir le mouvement de foule. La brune ne pouvait que lui obéir, paralysée par la peur à l'idée de perdre la vie. Malheureusement, Yû ne pu pas faire grand chose contre autant de personne. Un des villageois l'attrapa alors, le privant de ses mouvements, tandis que les autres se lancèrent à la poursuite de la pauvre Yuna, qu'ils ne tardèrent pas à attraper non sans violence.

Cette fois-ci, ils ne lui laisserait aucune chance de survie. Elle serait offerte au dieu de la montagne coûte que coûte. Et ses parents, les traites, qu'ils l'avaient cachée et entraîné le pauvre Yu dans leurs manigances seraient eux aussi exécutes. La petite famille fut donc attachée au centre de village, yeux bandés, alors que le doyen leur assigna un violent coup derrière la tête, pour être ainsi sûr qu'ils ne reviendraient jamais les importuner, que leurs malheurs allaient enfin cesser. Une fois son sale travail accompli, il se tourna vers Yu, qui était effondré. Parce que lui aussi, oui lui aussi éprouvait de l'amour pour sa cousine :

- Tu dois te racheter, c'est toi qui va les offrir au dieu de la montagne.

Yu ne put qu'en rester perplexe, il ne pouvait faire une telle chose, lui qui avait promit de toujours protéger sa chère et tendre Yuna. Alors qu'il était sur le point de refuser, les clameurs des plusieurs villageois se firent retentir :

- Tu le dois Yu, sinon comment vais-je bien pouvoir nourrir mes enfants ?!

- Oui les dieux sont en colère, nous devons nous racheter …

- Yu ! Si tu ne fais rien, mon enfant, mon petit bébé, il va mourir...

Il ne pouvait en entendre plus, tout cela lui était insupportable. Il prit une grande inspiration, avant de plonger ses iris dans celles du doyen :

- C'est d'accord, je vais le faire.

Le jeune homme fut donc contraint de transporter les corps de sa propre famille, jusqu'à la grotte.  Mais, alors qu'il s'apprêtait à les enfermer à jamais, une voix faible se fit retentir :

- Yu... Aide moi...

C'était Yuna.
Elle était en vie.

Elle regardait, larmes aux yeux, comptant sur lui pour lui venir en aide. Mais Yu, bien trop accablé par les villageois, ne put que leur obéir, enfermant sa cousine avec le cadavre de ses parents. Se sentant trahie et abandonnée, Yuna ne pu que hurler qu'elle les maudissait tous, tous autant qu'ils étaient, et que même après sa mort, elle continuerait de les maudire.

C'est deux jours plus tard, alors qu'elle était affaibli par la faim et la soif qu'une occasion pour fuir se présenta. Néanmoins, plutôt que de s'enfuir de ce village rempli de superstition, notre amie préféra y retourner afin de le brûler, en guise de vengeance. Ils le méritaient tous, ils méritaient tous de mourir.

Yu, qui avait décidé de s'enfuir, suite à cet acte qu'il ne pourrait sans doute jamais se pardonner assista à la toute scène. Il ne put détacher ses yeux de sa cousine, celle qu'il aimait tant, dansant et chantant au milieu des les flammes. Tout cela n'était que le fruit de sa faiblesse, parce que s'il avait été fort, il aurait pu la protéger, et l'emmener loin. Ce carnage aurait pu être évité, tant d'innocents avaient perdu la vie... Yu pouvait comprendre la rancœur de Yuna, mais pour lui, la vengeance n'était pas une solution. Il ne pu que détaler en courant, priant pour ne pas que les flammes l'avale à son tour. Yuna, quant à elle, perdit également la vie dans ce brasier, probablement bien trop affaiblie.

Son histoire aurait pu s'arrêter là. La jouvencelle aurait pu rejoindre tout ceux qu'elle haïssait tant en Enfer. Mais, cela était sans compter sur la Faucheuse, qui l'avait repérée, elle et ses talents au combat, suite à l'entraînement de son père, elle et sa détermination. Parce qu'elle avait mit sa vie en danger pour une simple vengeance. Yuna devint alors une traqueuse au service de la mort, ce qui ne lui déplu par le moins du monde. Pour elle, désormais, plus aucun être-humain n'était bon, alors si elle pouvait continuer à les martyriser, comme ils l'avaient fait avec elle. Ainsi, elle accompli son travail sans le moindre remords pendant plusieurs années, jusqu'à qu'une rumeur intéressante vienne jusqu'à ses oreilles.

- Tu connais le temple Kan'Ei ? Il parait que Yu l'a construite en mémoire d'une jeune fille ayant perdu la vie tragiquement.

Ah oui ?
Ce traître était donc en vie ?

Elle devait se venger de lui également, c'était sa faute si elle était morte après tout. La demoiselle se rendit donc au dit temple, qui se trouvait non loin de Tokyo. Ainsi son cousin avait donc construit un temple à sa mémoire ? Très bien, et alors ? Était-ce pour autant qu'elle devait lui pardonner ? Non, pas le moins du monde. S'il éprouvait des remords, c'est parce que son geste était impardonnable. Yuna était donc bien décidée à mettre fin aux jours de son cousin, qui avait eu aucun scrupule à briser leur promesse. En fouillant le temple, la brunette le trouva finalement. Il était devenu un vieil homme. Combien d'années s'étaient écoulées depuis sa mort ? Yuna n'en savait rien. Mais une chose était sûre. Il s'était écoulé suffisamment d'années pour que Yu soit obligé de passer ses journées cloué dans son futon. Tu parles d'une vie, il allait probablement accueillir la mort d'un bon œil. Il fallu plusieurs jours à notre amie pour qu'elle trouve le courage de franchir le pas de chambre, et de se présenter devant son cousin, son arme à la main. Toutefois, à sa grande surprise, celui ne montra aucun signe de peur. Il se contenta seulement de sourire :

- Yuna, je vais enfin pouvoir te rejoindre... Tu sais, ça fait tellement longtemps que je voulais m'excuser...

Quoi, c'est tout ?
C'est tout ce qu'il avait lui dire ?
Qu'il était « désolé » ?
Après toutes ses années ?
Quel idiot.

Yuna lui jeta un regard noir avant de quitter sa chambre, et de le laisser mourir seul. Comme lui l'avait fait avec elle. C'est ce qu'il méritait après tout. La jeune femme resta ensuite plusieurs jours au temple, constatant que beaucoup d'âmes y trouvaient refuge. Elle y observa aussi les fidèles qui la vénérait comme une divinité, amusée. C'est une nouvelle page de sa vie qui s'écrivait.

Pendant de nombreuses années, Yuna resta discrète, ne se mêlant jamais aux humains qu'elle détestait tant, nourrissant le désir de tous les voir disparaître un jour. Puis, un événement particulier attira son attention.

La naissance de Hana.

Le nourrisson aussi était né durant une épidémie de grippe, le même jour qu'elle, accessoirement. Et tout les fidèles semblaient s'en réjouir. Ils criaient sur tout les toits que :

Yuna s'était réincarnée en cette enfant.
Que cette enfant était différente.

Que de souvenirs refaisaient surface. Yuna éprouva de la compassion pour ce bébé qui allait probablement connaître un destin aussi tragique que le sien. Elle se promit donc de la protéger de cette secte. Ce qu'elle fit pendant plusieurs années en secret.

C'est quand la mère de Hana perdit la vie que la traqueuse décida enfin de se présenter à elle, estimant qu'il était bien trop dur pour une simple enfant de continuer toutes ses cérémonies. Pendant des années, la fillette étaient forcée d'effectuer des rituels, afin d'envoyer les âmes reposer au Paradis. Et pendant des année, c'est elle qui leur avait permis de trouver le salut. Yuna expliqua alors à Hana qu'elle était capable de voir les morts, mais qu'elle était cependant incapable de leur accorder le repos éternel, et que seuls les traqueurs – comme elle l'était, eux le permettait. La traqueuse lui confia également qu'elle était en réalité la divinité qu'ils vénéraient depuis tant d'années. Ce fut beaucoup de choses à encaisser pour Hana, après tout, toute sa vie s'était construite sur un mensonge. Cela ne l'empêcha toutefois pas de continuer son travail, et de se rapprocher de son ancêtre.

Plus les années passèrent, et plus les deux jeunes femmes se rapprochèrent. Yuna regagna même confiance en l'humanité, oubliant peu à peu ses désirs de vengeance. Cependant cela ne dura qu'un temps. Elle se sentit à nouveau trahie lorsque Hana quitta le temple sans même le lui en parler, et nourri à nouveau ses désirs de vengeances, désirant encore plus voir ce monde couler.

Alors elle a parcouru le Monde Yuna, bien décidée à ne laisser aucune âme à la surface de la Terre, bien décidée à se venger de ses humains qui lui ont gâché sa vie. Et c'est en retournant à Tokyo, quelques années plus tard qu'elle a fait la connaissance de Nova, une déesse déchue portant également une forte haine envers les êtres-vivants. C'est lors d'une soirée un peu trop alcoolisée que les deux jeunes femmes se sont rapprochées, puisque leurs objectifs étaient similaires. Le temps les a fait devenir proches, et probablement encore plus cruelles. Les jouvencelles prennent malin plaisir à tourmenter tant les humains que les âmes... Plus le temps passe, et plus Yuna devient instable. Seul l'avenir nous dira ce qui l'attend.

Behind the screen

parce que t'es probablement pas un ordi

C'est encore Illya huhu
©️linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Message Sam 22 Juil - 18:51
Hey bon courage pour ta fiche ♥ hâte de voir Yuna ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Message Jeu 27 Juil - 23:39
Je pense avoir fini ♥
Revenir en haut Aller en bas
Message Mar 1 Aoû - 15:59
Validé









Maintenant que ta fiche est terminée, tu peux aller faire un tour ICI pour faire une demande de rp, LA pour écrire les relations de ton personnage, et PAR ICI si tu es sentimental et qu'écrire dans un journal c'est ton truc. Et si tu veux poster un scénario pour ton personnage, c'est JUSTE LA.

On espère que tu passeras de bons moments sur MoS et que tu t'y plairas ♥
Si tu as la moindre question n'hésite pas à t'adresser au staff, il se fera un plaisir de te répondre. Tu peux contacter EVA, ILLYA ou REN à tout moment de la journée.

Au plaisir de rp avec toi ♥

(c) Euphemia
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Requète spéciale (PV: Sandor, Arménia, Sanzo, Yuna)
» [CLOS] [Alex/Yuna] Magic Alice
» Discussion autour de Final Fantasy + Sondage !
» Naruto Saidou Yurai
» Yuna Alraune[Finie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Melancholy of Souls :: Et puis... la lumière :: Feuille d'appel :: Abandonnés/Archivées-