Soo-Yun Nam

Invité
Message Lun 7 Aoû - 20:44
mon avatarSoo-Yun Nam

Soo-Yun Nam

Uta

  • prénom(s)Soo-Yun
  • nomNam
  • sexeHomme
  • âge19 ans
  • métier (si Humain)///
  • nationalitéCoréen
  • raceTraqueur
  • Arme (si Traqueur)Poignards
mon avatar

caractère

are you talking to me ?

La première chose qu'on remarque quand on te voit, c'est ton apparence. T'es certainement pas comme les autres. Tu te démarques de cette masse grouillante et pullulante que sont les humains, et pas uniquement parce que t'es un Traqueur. Avec ta passion pour les lentilles, tu as les yeux rouges, même le blanc des yeux noirs. Tu t'en fiches de ce que les autres pensent de toi. Parce que toi, tu trouves ça très beau. Ta coupe de cheveux montre tout autant ton originalité. Et le plus souvent, ton accoutrement aussi. T'aimes pas ces humains, ces petites créatures faibles et pathétiques, mais les histoires qu'ils créent t'intéressent et t'émerveillent. T'aimerais bien qu'elles soient réelles, alors tu aimes t'habiller comme ton personnage préféré. Généralement, c'est le gars le plus pourri que tu cosplayes, celui que personne aime. T'aimes te démarquer, et les psychos se font forcément remarquer. Et puis, avoir un visage sans âge, ça aide. Tu fais un peu vieux, avec tes tatouages et ta taille. Peut-être un peu maigrichon, mais t'atteint facile les 23 ans. On pense que t'es majeur là-bas, alors que t'es mort avant. Mais ça t'arrange bien pour aller t'amuser.

Mais c'est pas parce que t'as des passions que t'aimes les partager. Quiconque s'approche se voit offrir le même regard de dégoût, celui qui donne pas envie de te parler. Parce que t'as pas envie de parler. C'est rare que tu trouves une personne avec qui tu fais connaissance. Tellement rare que c'est jamais arrivé, tiens. On dirait presque un personnage que t'incarnes, un misanthrope sadique qui irait tuer le camp adverse tout en décimant le sien. C'est ce que t'es, en fait. Tu sors droit d'un livre. Tu aimerais bien que plus d'humains meurent, histoire de déblayer la planète un peu, elle doit asphyxier après tout. Et puis, comme ça, t'aurais plus de travail. Tu t'amuses bien avec Telum et Lepida, à viser ces âmes. Tu manques rarement ta cible d'ailleurs. C'est peut-être parce que tu portes ce regard de dégoût sur le monde que t'es seul. Peut-être aussi parce que t'es un peu spécial, à attaquer les autres Traqueurs. Mais t'as raison, y avait pas de clause indiquant que t'as pas le droit de le faire. Et puis, c'est pas de ta faute s'ils ont marché dans ton petit piège et se sont retrouvés cloué à un mur par des poignards. C'était à eux de faire attention.

Tu fais pas ça qu'aux Traqueurs. Vu que la vie des humains est chiante, tu leur mets à disposition d'adorables tours de magie qui consistent à voler un objet précieux et le rendre deux mois après. Mais ce que tu préfères, c'est quand même emmerder directement les gens. Pas faire ça dans leur dos. Alors parfois, quand tu passes dans une rue, tu t'amuses à suivre des humains au hasard. Le parfait stalkeur pas très discret, mais c'est ton but. Les réactions les plus drôles sont celles des filles et des vielles. Surtout des vieilles. Tu t'en lasses jamais. Les filles, tu préfères aller leur parler pour leur rappeler à quel point elles sont hideuses à se maquiller comme un autobus fraîchement repeint. T'aimes bien les corriger sur leurs tenues. Les jupes sont trop courtes de nos jours. Pas que t'en ai quelque chose à faire, mais ça donne des réactions intéressantes. Surtout quand tu vois à travers leurs pieds. Là, tu prends ton pied à emmerder encore plus ces filles.

Par contre, paradoxalement, si y a bien un truc que tu supportes pas, c'est ces gens immondes qui font pression sur les gosses. Ça peut être pour un truc banal, du style « redresse-toi » ou pour autre chose, comme les études. D'ailleurs, si tu pouvais, tu les buterais bien, ces enfoirés. T'aimes pas les gosses, c'est trop bruyant pour toi, mais faut les laisser être des gosses. Et t'as aucune pitié pour les monstres qui les font rentrer de force dans le moule, détruisant leurs rêves et brisant leur volonté. T'en as vu passer, des suicidés, toi. Mais bon, s'ils se sont tués, c'est bien qu'ils étaient pas assez forts pour rester en ce monde. Le pire, c'est bien les gosses. Les pauvres, ils ont même pas le temps de vivre qu'ils sont déjà morts. Au moins, ils n'auront pas le temps de se suicider quand toute leur vie ira mal. Ils auront vécu une vie complètement heureuse du début à la fin, avec un peu de chance. Qu'est-ce que t'en sais, de toute façon. Tu fais même pas la distinction entre réel et fictif, toi.

C'est bien un de tes gros problèmes. Tout ce que tu vis, tu sais pas comment le prendre. Est-ce que c'est toujours la réalité ? Est-ce que je vais me réveiller un jour ? Est-ce que les autres autour de moi sont réels ? T'es intimement persuadé qu'il y a une Force à l'oeuvre, un truc qu'on pourrait appeler dieu qui créé des modèles prédéfinis pour les humains avant de les envoyer sur terre et qui disperse çà et là des gens différents qui peuvent pas s'adapter. Leur mouvement perpétuel n'est qu'une bien étrange farandole, pour toi qui n'a jamais reçu le manuel de leurs langages, et de leurs codes. Tu dois en faire partie, de ces inadaptés. Même dans la mort. Le truc qui a changé, c'est qu'avant, t'étais le mouton noir confondu avec le loup. Et maintenant, c'est bien toi, le loup.

Un autre de tes problèmes, t'es trop honnête. C'est con de dire ça, mais tu dis tout ce que tu penses. T'aimes pas garder ça pour toi. Si quelqu'un t'insupporte, tu lui dis clairement. Surtout si c'est un Traqueur, parce qu'après, tu l'attaques. C'est drôle à voir, les gens pris au dépourvu avec toi. Surtout que tu souris pas souvent. T'as un regard fixe, une voix calme, mais à l'intérieur ça bouillonne. Tu t'en fous de te faire des ennemis toi, tu sais te défendre. Et pas parce que t'es un Traqueur. Les rues, ça forge.

Un dernier de tes problèmes, t'es un peu bipolaire. Ça se voit pas sur ton visage, t'es majoritairement inexpressif. Quand tu souris, ça met mal à l'aise. Mais tu passes vite d'une émotion à une autre. Tu peux passer de la plus grande lassitude à une irrépressible envie d'emmerder le monde et retomber dans en dépression la seconde d'après. Pareil quand tu parles à quelqu'un. Tu peux être « amical » un moment et vouloir tuer la personne d'un coup. Ça te prend comme ça. En un claquement de doigt.
mon avatar

histoire

hey guys ? Fuck.

T'es né en Corée, mais t'as aucun de souvenirs de cet endroit, à part les photos trouvées sur le net. C'était ton père qui vivait là, mais ta mère a réussi à vous faire emménager au Japon. T'aimais pas trop ça, l'avion. T'as crié, pleuré et tout ce que t'as reçu pour te consoler, c'est une gifle. Tu m'étonnes que tu détestes ta mère. Surtout que t'étais pas un gosse facile. Tu réussissais toujours à te barrer de l'appart, ou à créer un mécanisme complexe qui fait de ta poubelle une catapulte à quiconque ouvre la porte de ta chambre. Ça t'a valu pas mal de problèmes. Mais tu t'en foutais bien, tu t'amusais comme jamais.

A l'école, tu t'amusais moins. Apprendre c'est chiant. Et il y avait une pression de dingue. Ta mère te faisait bosser sans cesse et pourtant, tes notes faisaient que chuter. T'aurais pu être le numéro un sans aucun problème, mais ça te faisait chier. T'avais juste envie d'emmerder ta mère, et t'as réussi. Tu la considères responsable pour le départ de ton père. Ouais. Non contente de t'avoir traîné dans un pays surpeuplé où tu peux à peine respirer, ton père s'est cassé en te laissant à cette grognasse qui te reprenait sans cesse sur tes manières. C'est bien pour ça que t'es tombé si facilement dans la délinquance.

A douze ans, c'était réglé. T'étais en roue libre, dans le gang des caïds du coin. T'as vite commencé à fumer et même ta première clope t'a fait cracher tes poumons, tu fumais vite trois clopes par jours. C'est pas comme si tu fumais maintenant. Pareil pour les joints et tout ça. C'était bien marrant de fumer et d'être high, comme ils disent, mais c'était chiant à la longue. Et t'en avais besoin de toujours plus. Heureusement que t'avais un petit don pour le déguisement. Tu te faisais passer pour un autre, le temps de récupérer ta dose, un peu moins cher qu'avant. T'allais voir plusieurs dealers et tu te faisais des économies comme ça. Les dealers, c'est des rapaces, tu l'avais bien compris. Y avait pas qu'eux. Toi aussi, t'en devenais un.

Bah ouais, à force de traîner avec ces pourris, ils te convertissaient. Y avait des trucs que t'aimais bien faire, c'était emmerder ces connards dès qu'ils te faisaient un sale coup. En fait, t'as jamais vraiment eu d'amis. C'était difficile de s'en faire dans ce milieu, et puis, t'es pas comme les autres. Tu parlais de trucs glauques, et tu manquais de tuer des gens avec tes farces. Forcément, ça aide pas. Tes amis, ils étaient là juste pour pas que tu les emmerdes et pour que tu les aides quand ils se foutaient dans la merde. Un gars différent des autres, on appelle ça un psycho dans le milieu. Et les psychos font peur. Tu faisais déjà peur à l'époque. Mais tu pouvais aussi faire pitié. Tu profitais de la bienveillance des gens en t'habillant avec des fringues dégoûtantes et déchirées, tu lavais pas tes cheveux et t'allais les voir en leur demandant un petit biscuit, comme si t'étais un pauvre gamin laissé dans la rue, abandonné par ses parents et par la vie. Ça marchait super bien. Pas toujours, mais tu récoltais un peu à manger, parfois de l'argent.

Finalement, t'as toujours été seul. Arrivé dans les grades supérieurs, tu t'es fait prendre pour cible rapidement par les délinquants de dernière année, mais tu t'es pas laissé faire. T'avais ta propre bande, et t'en démordais pas. Se faire exclure pour port d'armes blanches à quatorze ans, c'était fort. Le couteau de cuisine de ta mère était une bonne arme. D'ailleurs, à l'époque, t'avais les cheveux blonds. Une tête blondinette qui te donnait pas envie de sympathiser. Maintenant c'est encore pire. Mais passons. T'es devenu le roi, à ton retour, parce que les rares fous qui voulaient encore remettre ton autorité en question, ils se faisaient tabasser par tes sbires. Bien sûr, en dehors de l'école, il y avait des gens au dessus de toi, surtout que tu traînais avec des dealers. T'as arrêté l'école à quoi, quinze ans à peine pour te consacrer à cette vie. Bien sûr, ta mère était toujours sur ton dos. Mais depuis qu'elle avait échappé à la mort avec un piège de couteaux, beaucoup moins, étrangement.

Passons un peu de temps. Raconter toute ta vie est inutile. A seize ans, tu t'es fait des tatouages. D'abord au bras gauche. Puis au droit. Puis sur le torse. C'était douloureux. Un peu trop au début, et t'as eu du mal à supporter la cicatrisation. Mais une fois que c'était bon, t'as fondé sur les piercings. Tu t'en ai fait à la lèvre. Sur l'arcade sourcilière. Et un tas sur les oreilles. Ce serait trop long d'en parler. T'as bien morflé là aussi. Mais la douleur est vite passée. T'as même osé l'impensable. Tu t'es fait injecté de l'encre dans les yeux. Tu vois très bien, mais putain que c'était horrible, comme souffrance. Maintenant, t'as le blanc des yeux noir. Et tu pourras jamais le changer. Tu seras à jamais différent du reste. Ça te plaît. Et finalement, à dix-sept ans, t'y es retourné. Une dernière fois. La belle phrase sur ton cou, c'est là que tu te l'ai faite.

Νεχ ποσσυμ τεχυμ ωιωερε, νεχ σινε τε.

Une belle phrase, qui veut rien dire pour les autres, mais tout dire pour toi. « Je ne peux vivre ni avec toi, ni sans toi. » C'est drôle quand on y pense. Ça rappelle la relation que t'as avec ta mère. C'était pas volontaire, t'en as quand même conscience, mais voilà. Non, ça fait référence à quelqu'un. Cette personne, t'en as jamais parlé. C'était ton pote, ton seul pote. Son nom ? Violence. T'étais vite lassé de ce monde, de tout ce qu'il avait à t'offrir. La drogue ne te faisait plus rêver, fumer ne te déstressait plus, restait la douleur et le combat. Tu te lançais dans ce dernier à corps perdu, tentant de donner un sens à ta pauvre vie, tentant de sentir simplement vivant. De te dire que t'étais pas un de ces gens que tu voyais passer par ta fenêtre, celui qui a l'air sans âme. Celui qui est raciste, homophobe, ou au contraire tolérant, un bon travailleur pour la société. Toi tu l'emmerdes, la société. T'as toujours trouvé que c'était de la merde, et ç'a pas changé depuis ta mort. Mais au moins, tu te démarques maintenant. Tu sais que t'as pas été construit dans un moule préfabriqué. Non, toi, t'es devenu Traqueur, et tu vis même dans la mort.

D'ailleurs, tu te rappelles comment t'es mort ? Finalement, t'auras eu une mort plus intéressante que ta vie, à tes yeux. C'était une de ces énièmes batailles. Un gang t'avait provoqué, et ç'avait dégénéré. T'avais cloué un gars au mur, un couteau dans chaque paume, et t'allais t'amuser un peu avec lui, pendant que tes gars tabassaient des types, et que le boss se la coulait douce. C'est bien, la vie de boss. T'envoies tes petits sbires faire le sale boulot à ta place. T'es bien tranquille. Et si l'un meurt, tu le remplaces. Bah tiens. On t'a remplacé. T'avais pas vu le type derrière toi. Une putain d'armoire à glace qui avait décimé ton gang. Mais comme t'étais un peu plus loin de la scène, t'as pas vu. Et le temps de le réaliser, t'avais un poignard planté dans le cœur. C'est passé de ton dos à ton torse, une ligne parfaite. La douleur était insupportable. T'as fermé les yeux.

Mais quand t'as rouvert les yeux, t'étais face à quelqu'un. Tu pensais pas qu'il y avait un truc après la mort. Pour toi, tu mourrais et basta. Une petite machine bien huilée qui s'éteint. Rien de plus. L'humain n'est qu'une énième machine au service de lui-même. C'était un humain, du moins, on dirait. Tu sais plus exactement. C'est vachement confus dans ta tête. Mais il t'a dit que t'étais mort. No shit Sherlock. Et c'est pas tout. C'est là où t'es devenu Traqueur, officiellement. On t'a expliqué la situation. Et on t'a aussi dit que t'étais doué avec tes couteaux de cuisine. Mais que c'était fini de jouer. On allait te donner de vrais poignards, si t'acceptais de chasser l'esprit. Tu serais au service de la Faucheuse, et tu pourrais tuer des morts. C'est pas cool ça ? Pouvoir rester dans le monde des vivants, même en étant mort ? T'as directement accepté. Y a pas à hésiter, dans ce cas là. C'était pas dur de maîtriser tes poignards, fallait juste s'habituer à capturer les âmes. Et maintenant que tu maîtrises tout, t'es en roue libre ! Par contre, faudrait que tu perdes cette sale manie d'attaquer les autres traqueurs. Mais c'est plus fort que toi. Tu t'ennuies, sinon. Et puis, t'as pas signé de contrat qui te l'interdisait après tout.

Mes amis disent que je suis différent.

Bonjour. Je suis Kiineru. Ou Kiinky. Et je vous aime.  kya

Apparemment faut parler de soi. Mince. Je n'ai rien à dire. En fait si. Je suis un boulet qui aime emmerder son monde de différentes façons. Par exemple, j'ai une mémoire de 3,5893 très précisément. Tu sais à quel point c'est pénible d'oublier que tu viens de te brosser les dents alors que tu viens de poser la brosse ? Tu vas te laver les dents à l'infini. Et ça, crois-moi, c'est pénible.

Que dire de plus... J'ai 5 ans. Ou 7. Ça dépend de mon humeur. Et peu importe mon âge, je suis d'une extrême timidité. On dirait pas comme ça mais croyez moi que pour m'inscrire sur le forum, c'était laborieux. Vous savez à quel point je stresse actuellement ? Je suis sûr que ça se voit dans mon écriture là.

Sinon, j'ai mangé des pommes de terres cuites au four et saupoudrées de paprika ce soir. C'était pas mal. Et bonus pour ceux qui lisent après que j'ai posté ma fiche : je suis un fudanshi. Bisous.
©️linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Message Lun 7 Aoû - 20:51
Hey hey bienvenue ! ♥️

Je suis tellement heureuse que Soo Yun t'ai plus ;u;
Tu stresse pour quelle raison ? Tkt on mord pas ici on est tout mignons hehe

Bon courage pour ta fiche, si tu as le moindre problème n'hésite pas a me MP !

PS : tu as vraiment 7ans Oo ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Message Lun 7 Aoû - 20:58
Hey hey, merci ! ♥️

A qui Soo-Yu ne plairait-il pas ? Il est absolument génial. Il est la perfection.

Je stresse parce que même le petit grain de beauté que j'ai sur le sourcil me fait stresser. Ou encore le petit point lumineux qui passe entre les étoiles la nuit. Ou le petit insecte qui vient de passer. Je suis un gros stressé de la vie, en fin de compte. Mais vous pouvez me mordre si vous voulez, j'aime ça

Pour l'instant, je n'ai aucun problème - si ce n'est mon existence - mais je penserai à toi si j'ai besoin, gentille personne. Je peux t'appeler Nash ? Tu es mon premier ami. Viens courir dans les champs avec moi, main dans la main. nya

P.S. : Bien sûr que non. J'ai cinq ans. Je viens de le dire, plus haut. Faut suivre un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Message Lun 7 Aoû - 21:25
Bienvenue ici, Soo-Yun !

J'ai hâte de connaître ton caractère ainsi que ton histoire. Quant à la petite personne qui se cache derrière cet écran ; sache que tu es rigolote. ♥️ Pour ton âge, tu devrais trancher. Tu hésites entre cinq et sept ; prends six, voyons. N'hésite pas à emmerder ton monde, ça fera toujours plaisir. c:

Omg tu es un gros stressé de la vie ; j'en suis une également. Jtm déjà, toi. Excepté cela, j'espère que le forum te plaira et que tu passeras un bon moment à nos côtés.
gihi
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Message Lun 7 Aoû - 21:34
Merci beaucoup !

Si tu veux une preview, Soo-Yun est un prédéfini. Donc voilà. Par contre, avec mes grands skills d'écrivain professionnel avec 39 ans dans le métier, ça va être encore plus awesome. bitchplz
Mais je ne trancherai pas. C'est mieux d'avoir deux âges pour emmerder mon monde. Comme ça, les gens ne savent pas lequel prendre et se torturent l'esprit avec ça.

Tu es ma deuxième amie, j'espère qu'on va bien s'entendre aussi. Tu viens courir dans les champs avec moi ? Hein ? Dis ? Hein ? Tu viens ? S'il te plaît ? kesta
Revenir en haut Aller en bas
Message Lun 7 Aoû - 21:51
OMG JTM DEJA. Ces réponses. J'aime. ♥

Bien sur appelle-moi Nash, on est intime mtn.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Message Mar 8 Aoû - 15:58
Je sais, moi aussi je m'aime déjà. Mais j'ai peut-être un peu d'amour pour toi aussi, mon Nash adoré que j'adore beaucoup vu que c'est mon premier ami.
Ce surnom a l'air long, alors je vais juste le réduire à Nash. C'est bien, Nash.

Sinon j'ai fini ma fiche, voilà. J'attends juste la confirmation d'Eva pour savoir si mon interprétation de Soo-Yun lui convient avant de la terminer "officiellement". En attendant, je vais aller me faire un gâteau au chocolat, j'ai un petit creux.
Revenir en haut Aller en bas
Message Mar 8 Aoû - 19:21
Sincèrement, j'ai adoré te lire ♥ Bienvenue dans le gang des traqueurs ~

Validé









Maintenant que ta fiche est terminée, tu peux aller faire un tour ICI pour faire une demande de rp, LA pour écrire les relations de ton personnage, et PAR ICI si tu es sentimental et qu'écrire dans un journal c'est ton truc. Et si tu veux poster un scénario pour ton personnage, c'est JUSTE LA.

On espère que tu passeras de bons moments sur MoS et que tu t'y plairas ♥
Si tu as la moindre question n'hésite pas à t'adresser au staff, il se fera un plaisir de te répondre. Tu peux contacter EVA, ILLYA ou REN à tout moment de la journée.

Au plaisir de rp avec toi ♥

(c) Euphemia
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Melancholy of Souls :: Et puis... la lumière :: Feuille d'appel :: Abandonnés/Archivées-